L'accusé, tiraillé entre «haine» et timidité

©2006 20 minutes

— 

Blaise Relly, âgé de 25 ans, jugé depuis hier aux assises pour l'agression sauvage de sa voisine en novembre 2004 dans le centre-ville de Nantes, a montré un double visage aux jurés. « Calme » et « timide », selon sa mère, l'accusé vouait une « haine » tenace à son beau-père, qui l'a élevé entre l'âge de 9 ans et 20 ans. « Il buvait et nous prenait pour ses esclaves », justifie Blaise. « Un jour, après que j'ai touché à ses affaires, il a voulu me frapper. Mais je l'ai fait avant lui. Il a alors pointé un fusil sur moi pour me tuer, sans le faire. » Le jeune homme était alors parti en métropole pour suivre une formation de cuisinier. Eloigné de sa famille, il s'est peu à peu enfoncé dans la drogue.

G. F.

Pour son service militaire, l'accusé est rentré dans une « unité spéciale » de l'armée, à Cayenne. Armé de « balles réelles », lui et ses camarades s'y entraînaient à « défendre des dépôts de munitions contre les voleurs ».