Le HBC Nantes crée la grossesensation

David Phelippeau

— 

L'Espagnol Valero Rivera a été, comme souvent, le meilleur buteur côté nantais.
L'Espagnol Valero Rivera a été, comme souvent, le meilleur buteur côté nantais. — F. Elsner/20minutes

L'éloge est signé de Philippe Gardent : «On a eu à faire à une super équipe nantaise !» L'entraîneur de Paris ne pouvait pas dire autre chose, car pour battre les siens (26-24), Nantes a sorti «le match le plus abouti de sa saison», selon le gardien de but Arnaud Siffert. Intensité défensive de tous les instants, adresse en attaque, le HBC Nantes sera difficile à battre à l'avenir dans sa salle avec un tel niveau de jeu et de rigueur collective. «Les joueurs ont été formidables dans le cœur et dans l'investissement, estime le coach nantais Thierry Anti. Ils ont été intelligents dans le jeu. Là, où on nous attendait, on a su endosser le costume de l'équipe qui avait déjà battu Paris…»

Ce qu'aucune formation en France n'a fait, Nantes l'a en effet réalisé deux fois. Deux succès contre le futur champion de France cette saison : un en Coupe de la Ligue en fin d'année 2012 et un, jeudi soir, qui ne souffre d'aucune contestation. «Nantes a des super joueurs, une ribambelle d'internationaux, tente d'expliquer Philippe Gardent. Ce qui est étonnant, c'est que cette formation soit 5e et qu'elle n'embête pas plus les autres… La valeur réelle de Nantes, c'est ce qu'on a vu ce soir [jeudi soir]. » C'est-à-dire une formation composée d'individualités (Siffert immense dans la cage avec 16 arrêts, Maqueda en feu dans les dix dernières minutes avec 6 buts en tout) mais surtout très solidaire et besogneuse. Le patron de la défense Nantes Rock Feliho illustre à merveille cette hargne : «Dans les dernières minutes, on était tous morts, mais on a continué à jouer. On a été soutenus par un incroyable public qui savait qu'on était capables de le faire.» Et le HBC Nantes l'a fait et bien fait.