Jacques Auxiette se livre sur Notre-Dame des Landes

Antoine Gazeau

— 

Le livre est à télécharger sur le Net.
Le livre est à télécharger sur le Net. — F. Elsner/20 Minutes

«Je m'appelle Jacques Auxiette et je suis un affreux bétonneur. » Dès la première ligne de sa contribution à la commission du dialogue sur le transfert de l'aéroport vers Notre-Dame des Landes, le président du conseil régional et du syndicat mixte aéroportuaire donne le ton : en 94 pages, il provoque, répond aux accusations et règle ses comptes. Avec des médias « pessimistes », un peu. Avec les « mensonges », qu'il recense pour les démentir un à un, beaucoup. Avec les opposants, surtout, dont il dénonce une « dérive sémantique, idéologique et politique : ils ont quitté une logique de développement durable pour une logique environnementaliste. »

« Pas de report » envisageable


Téléchargeable gratuitement sur le blog de son auteur, le livre numérique est sorti jeudi. Le jour même de son audition par la commission. Laquelle a reçu l'ouvrage et sans doute entendu l'inflexibilité de l'élu : « Il n'y aura ni retard, ni moratoire, ni abandon. Nous en sommes au stade de la réalisation. Des améliorations sont sans doute souhaitables, mais les arrêtés préfectoraux doivent être signés immédiatement après la remise du rapport. »

Concrètement, Jacques Auxiette verrait bien une reprise des hostilités en avril. Le président de la commission, Claude Chéreau, aurait émis des doutes sur ce point ? « En tant que citoyen, il pense ce qu'il veut. Mais on ne lui demande pas de refaire l'enquête publique. Il n'en a ni la légitimité, ni le mandat. » Le président n'avait pas que des choses à écrire…

■ Regrets

« Confronté à certaines outrances et caricatures, j'en arrive parfois à regretter n'avoir pas fait comme [Jean-Yves Le Drian] », écrit Auxiette. A l'inverse de lui, l'ex-président de la Région Bretagne n'avait pas, en 2010, signé d'accord avec les Verts.