Ils étaient vraiment hors du coup avec un petit « H »

David Phelippeau

— 

Le gardien Arnaud Siffert et ses coéquipiers ont connu des passages à vide rédhibitoires à ce niveau.
Le gardien Arnaud Siffert et ses coéquipiers ont connu des passages à vide rédhibitoires à ce niveau. — F. Elsner / 20minutes

Une belle leçon d'allemand. Dimanche, à Beaulieu, en match de poule de Coupe d'Europe, le HBC Nantes n'a rien pu faire (20-27) contre Magdeburg. Les Allemands s'envolent vers la première place du groupe alors que le HBCN devra se battre jusqu'au bout pour au moins finir dans les meilleurs deuxièmes. « C'est une grosse claque, admet le capitaine Rock Feliho. Il y a quelques moments clés durant lesquels on n'a pas répondu présent. » En réalité, les hommes de Thierry Anti n'ont jamais paru en mesure de prendre le dessus sur Magdeburg. Ils ont subi plusieurs trous d'air insurmontables à un tel niveau (1-5 après dix minutes, 8-13 à la pause, 13-22 à la 44e minute). La faute à une attaque en faillite totale à l'image de Maqueda (4/11). « C'est une déception, car on a fait un très mauvais match, poursuit l'entraîneur nantais Thierry Anti, qui a multiplié les changements sur sa base arrière sans jamais trouver la meilleure formule. On s'est jetés dans la bataille de façon désordonnée et en faisant des mauvais choix. Ce match n'a jamais été maîtrisé. Eux nous ont respectés, ils ont été rigoureux tout le temps. C'est tellement plus simple quand on joue ensemble. Quand ça devient individuel, on est en échec total... C'était un test de très haut niveau, on l'a raté ! »

L'absence d'Entrerrios, touché à une cheville, a beaucoup pesé. L'entraîneur de Magdeburg a eu l'élégance de le souligner à plusieurs reprises. « Même si c'est Magdeburg... Contre Montpellier, on n'en prend pas autant, peste Feliho. Je reste persuadé qu'ils ne sont pas aussi supérieurs que le score peut le refléter... » Le 9 mars, Nantes aura droit à sa revanche là-bas.