Le numérique expliqué aux plus de 50 ans

Frédéric Brenon
— 
Des ateliers expliquent comment utiliser ordinateurs, téléphones ou appareils photos.
Des ateliers expliquent comment utiliser ordinateurs, téléphones ou appareils photos. — L. Failler/20 Minutes

Ordinateurs, appareils photos, téléphones, caméras, tablettes… Le numérique s'impose de plus en plus dans notre quotidien et, pour les seniors, la marche à franchir est parfois trop haute. C'est pour leur venir en aide que l'association nantaise Médiagraph propose des ateliers de formation spécifiques.

«La plupart des retraités qui viennent nous voir ont Internet et un ordinateur à la maison mais ne savent pas quoi en faire. Leur entourage, les petits-enfants notamment, leur dit»faut que tu t'y mettes«, mais, derrière, ils se sentent démunis. Notre mission est de leur donner les bases, en toute convivialité », rapporte Cécile Thomas, directrice de Médiagraph. Dix séances collectives de 1 h 30 sont ainsi proposées, à un tarif de 117 € à 210 € (selon les revenus mensuels).

« Peur de se tromper »


«Beaucoup s'en faisaient une montagne, alors qu'ils s'en sortent finalement très bien, constate Cécile Thomas. A un certain âge, on n'ose pas, on a peur de se tromper. Or c'est en pratiquant, en développant une gymnastique intellectuelle, qu'on progresse. » « Je ne savais pas manier un clavier, ni même une souris. Mais quand ma petite-fille est partie à La Réunion, j'ai éprouvé le besoin de m'y mettre. Aujourd'hui, grâce à l'association, on communique, c'est formidable», témoigne Yvette, 75 ans.

Fabricants et vendeurs


Claudie, 66 ans, ne dit pas autre chose. «J'avais quelques bases mais c'est tout. Je me sentais handicapée de l'ordinateur. Désormais, je sais me servir d'Internet, je suis autonome. » Plus de 500 personnes fréquentent régulièrement l'association et la demande augmente chaque année. «On fait un travail vraiment utile, considère Cécile Thomas. Ça laisse réfléchir sur l'entraide entre générations et le rapport commerçant-client. On fait le boulot des fabricants, dont les manuels sont inadaptés, et celui des vendeurs, qui poussent des personnes âgées à choisir un appareil bête de concours alors qu'ils n'en ont pas l'utilité. »