La coopération porte ses fruits

— 

Pour la CPAM, la fraude atteint 1,2 M €.
Pour la CPAM, la fraude atteint 1,2 M €. — f. eLSNER / 20 MINUTES

La fraude se complexifie, mais l'administration s'organise. Depuis deux ans, un Comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf) a été mis en place en Loire-Atlantique. Objectif : faire coopérer tous les organismes concernés (Caisses d'allocation familiales, Sécurité sociale, Inspection du travail, douanes...) pour mener des opérations communes contre les fraudes fiscales et sociales. Après une année de rôdage, le bilan fait état de 6, 6 millions d'euros de fraudes révélées l'an passé, contre 4 millions d'euros en 2011. Sommes auxquelles s'ajoutent les pénalités financières et les éventuelles sanctions pénales.

Travail illégal en première ligne


Le travail illégal (109 procédures) représente 60 % de l'ensemble des fraudes. «Parce que ces infractions sont souvent la porte d'entrée des contrôles», précise Patrick Lapouze, le directeur de cabinet du préfet. Sur ce chapitre, les métiers de main d'œuvre (BTP, restauration) sont surreprésentés. Mais la chasse aux faux stagiaires ou contre le prêt de main d'œuvre abusif concerne tous les secteurs. Les particuliers fraudent aussi, en particulier au détriment de la CAF, dont le préjudice s'élève à 2, 2 millions d'euros rien que sur l'année 2012. Pour frauder, mieux vaut se cacher. C'est pourquoi la contrefaçon et la falsification de papiers d'identité concernent 17 % des contrôles documentaires. L'an passé, 100 000 porteurs de faux papiers ont été interpellés. T. D.