Le «H» a perdu le nord en début de deuxième période

David Phelippeau

— 

L'arrière espagnol Jorge Maqueda a été l'un des rares Nantais efficaces offensivement, jeudi soir.
L'arrière espagnol Jorge Maqueda a été l'un des rares Nantais efficaces offensivement, jeudi soir. — F. Elsner / 20minutes

Et si tout avait basculé à la pause. Après trente minutes, le HBC Nantes, pourtant privé très tôt d'Entrerrios touché à une cheville, mène au score (15-13). Le ton monte entre Rock Feliho et Mickaël Grocaut dans le couloir qui mène aux vestiaires. Les deux joueurs ne sont pas loin d'en venir aux mains. S'ensuit une grosse échauffourée... Le calme revient doucement. Avant la tempête pour le HBC Nantes en début de seconde période (2-7 en onze minutes) qui va précipiter la chute nantaise au final (26-28). «Ce qu'il s'est passé à la pause ne nous a pas aidés vu le scénario du match », concèdera seulement l'entraîneur Thierry Anti. Un coach qui n'a pas voulu épiloguer sur cette altercation... mais qui a davantage insisté « sur un arbitrage plus que mauvais ».

Il serait toutefois réducteur d'expliquer la défaite en n'évoquant que l'arbitrage. D'ailleurs, le coach nantais l'a souligné : le HBC Nantes, très solide en défense, a complètement failli offensivement. Maqueda, auteur de neuf buts, a été l'arbre qui cache la forêt. « Ce match, il se perd en attaque, reconnaît Thierry Anti. On a manqué de percussions sur la base arrière, hormis Maqueda. J'ai eu beau changer les joueurs... Je finis même le match avec deux pivots ! » Preuve de l'impuissance nantaise sur la base arrière, privée il est vrai bien trop tôt de son capitaine Entrerrios.

En attendant, ce cinquième revers condamne quasiment le « H » (6e de D1) à faire sans faute pour de nouveau goûter à l'Europe la saison prochaine. Anti l'a compris : « Pour être européen, il faudra gagner la Coupe de France ou... la Coupe d'Europe. » Pas les chemins les plus simples arriver à ses fins.