Le Cupidon contemporain

Guillaume Frouin

— 

Son premier Traité des Caresses s'était vendu à un million d'exemplaires et traduit en huit langues. Trente ans plus tard, et peu avant la Saint-Valentin, Gérard Leleu vient de publier Le nouveau Traité des Caresses (Flammarion), son vingt-neuvième livre, qui se veut une sorte de « Kamasutra occidental ». Et une nouvelle « révolte » contre la sexualité du « rentre-dedans » et du « marteau-piqueur ». « En trente ans, les choses ont changé », convient ce médecin retraité de 80 ans. « Faire l'amour n'est plus un péché mortel, mais comme il n'y a pas de tradition érotique comme en Orient, nous sommes tombés en Occident dans une sexualité pornographique, dégradante pour la femme et décevante pour l'homme... Mon combat contre le porno n'est pas éthique, mais bien esthétique. »

Pour porter ce « combat », Gérard Leleu a fait HEC : sa « Haute Ecole du Couple », dispense tous les troisièmes vendredis du mois des conférences gratuites, dans une annexe de sa maison de Pornic. Une centaine de personnes, venues de toute la Loire-Atlantique, s'y pressent à chaque fois. Des hommes et des femmes, dont beaucoup de trentenaires. « Les gens sont davantage intéressés par la réussite de leur couple que par la sexualité : deux couples sur trois divorcent au bout de trois ans à Paris, et un sur trois en province », observe Gérard Leleu.

Choqué par des femmes tondues


Cet octogénaire veuf a également mis sur pied depuis trois ans une « Cérémonie mondiale de Réconciliation de l'Homme et de la Femme », à laquelle près de 200 protagonistes prennent part en juin. Des hommes y demandent symboliquement pardon aux femmes brûlées, lapidées ou excisées. « Après des millénaires de matriarcat, l'Homme a mis en esclavage la Femme », explique le médecin. « Il est temps de mettre fin à cette guerre des sexes, et de faire émerger une troisième civilisation où chacun serait sur un pied d'égalité. »

Cet « amour de la femme », Gérard Leleu le porte à vrai dire depuis son enfance : à 12 ans, juste après la Libération, il voit passer dans les rues de Lille (Nord) à un cortège de femmes tondues, sur lesquelles les passants crachaient pour avoir couché avec des Allemands... Un choc, qui l'a marqué à jamais. Devenu médecin-anesthésiste, ce n'est qu'à 45 ans que ce « technicien froid et dur au mal » a fait sa « révolution culturelle » : il s'est reconverti « psychothérapeute de couple ».