Des « urinoirs secs » pour le grand public

Guillaume Frouin

— 

Photo-montage d'uritonnoirs, tels qu'on pourrait en trouver au prochain Hellfest.
Photo-montage d'uritonnoirs, tels qu'on pourrait en trouver au prochain Hellfest. — Collectif Les Ekovores

Les vessies pleines de bière du Hellfest vont pouvoir se soulager de façon écologique. Quatre à six « uritonnoirs» – mélange d'urinoir et d'entonnoir – vont être mis à disposition en juin des spectateurs du festival de « musiques extrêmes » de Clisson. Plutôt que de se déverser dans les eaux, leur urine sera absorbée par des bottes de paille cyclindriques, qui se transformeront en compost dans les six à dix mois qui suivront. « Cela permet aussi de laisser les toilettes assises dans un état de propreté optimal », souligne Laurent Lebot, un Nantais de 41 ans, qui a imaginé ces « urinoirs secs » avec son associé Victor Massip. Le carbone contenu dans la paille permettra également d'absorber les mauvaises odeurs, selon eux. Un fonctionnement qui sera rappelé aux festivaliers du Hellfest dans un petit panneau explicatif, planté au milieu de la botte de paille.

À offrir à la Fête des pères


Laurent Lebot et Victor Massip, eux, ont déjà eu l'occasion de tester leur produit dans leur agence de design industriel, situé dans le quartier des Olivettes. Et ils ne comptent pas s'arrêter au Hellfest. Les deux associés viennent ainsi de recevoir une aide de 5 000 €, dans le cadre de l'appel à projets pour l'événement « Nantes capitale verte », pour fabriquer des « uritonnoirs » à plus grande échelle. Ils vont ainsi en vendre aux particuliers… pour les installer au fond de leur jardin ! « Ils devraient être disponibles pour la Fête des pères », sourit Victor Massip.

■ Une émanation des « ekovores »

Les « uritonnoirs » s'intègrent dans un projet plus global, « Les Ekovores », qui se veut un ensemble cohérent et structuré de dix-neuf équipements publics (« poulaillers urbains », « conserveries de quartier »…) pour permettre aux villes de «renouer avec une production alimentaire locale, biologique et de saison». Info www.uritonnoir.com