La santé des étudiants fragilisée par leurs faibles revenus

©2006 20 minutes

— 

Une enquête passant au crible la santé des étudiants a été dévoilée hier. Commandée par la mutuelle LMDE et réalisée par l'institut Ifop, cette étude a été réalisée grâce aux réponses de 9 700 étudiants, dont 582 sont inscrits en Pays de la Loire. Globalement, les étudiants sont en bonne santé, mais en raison de la baisse de leurs revenus, 23 % d'entre eux renoncent à certains soins – en particulier le dentaire et l'optique.

Dans la région, 38,8 % des interrogés déclarent percevoir une bourse ou une allocation d'études et 32 % recevoir des revenus d'une activité professionnelle. Les étudiants y sont 5,4 % à fréquenter un psy. 6,2 % d'entre eux ont même déclaré avoir tenté de se suicider (5 % en France). Avec 23,7 % de fumeurs, la consommation régulière de tabac en Pays de la Loire est supérieure à la moyenne nationale, tout comme celle d'alcool (36,5 %). L'expérimentation de cannabis (44,5 %), de poppers (9,9 %) ou d'ecstasy (6,4 %) est également particulièrement développée.