Vertou est tombé sur beaucoup plus fort que lui

David Phelippeau

— 

Le gardien vertavien, Guillaume Garnier, effrondré après l'élimination de  son équipe en 16e de finale.
Le gardien vertavien, Guillaume Garnier, effrondré après l'élimination de son équipe en 16e de finale. — F. Elsner / 20minutes

Le tweet de Sydney Govou dans la journée de lundi n'augurait rien de bon pour les Vertaviens : «Le club de Vertou se dit satisfait du tirage ! Ok RDV demain soir, on en reparlera après !» Sérieux, appliqué, supérieur techniquement, Evian Thonon Gaillard n'a pas pris par-dessus la jambe ce 16e de finale de la Coupe de France et s'est imposé (0-2) logiquement contre Vertou (CFA 2). Le public, qui était venu en nombre (3 500 personnes) garnir le complexe des Echalonnières, n'aura même pas eu le temps de vibrer tant les pensionnaires de L1 ont étalé leurs qualités techniques… La pelouse synthétique de Vertou a contribué d'ailleurs à creuser un fossé immense entre les deux formations. Beaucoup pensaient que la chance allait pourtant escorter Vertou tout au long du match quand Wass trouvait le poteau à la 8e… Mais quinze minutes plus tard, Bérigaud concrétisait la domination outrageuse d'Evian (0-1, 23e). «Techniquement, il n'y a pas eu photo, avoue l'attaquant Ollivier. Il y a un monde d'écart entre eux et nous. On n'a pas su rivaliser dans le jeu. Et la pelouse synthétique ne nous a pas avantagés non plus.» Il aura fallu attendre le dernier quart d'heure pour que Vertou assaisonne la rencontre de petits grains de folie. Baty réchauffe les gants de Laquait sur une belle demi-volée (80e). Seule occasion franche de ce match pour Vertou. «Le premier but nous a fait mal, mais on n'a jamais baissé la tête, analyse le coach Atonatty. Nos dix dernières minutes de folie ne nous ont pas permis de revenir et on était toujours en vie jusqu'à la 90e…» Et ce deuxième but d'Adnane, dans le temps additionnel, synonyme de fin de rêve pour les amateurs de Vertou.