Basse-Indre n'a pas été privilégié

— 

L'usine ArcelorMittal de Basse-Indre, qui emploie 546 salariés, a-t-elle bénéficié d'un traitement de faveur de la part de Jean-Marc Ayrault ? Selon Hervé Gattegno, journaliste du Point, le Premier ministre et ancien maire de Nantes aurait « négocié avec Mittal le maintien de l'activité » de l'usine de Loire-Atlantique dans le cadre de son accord sur le site de Florange (Moselle). Un accord qui déplaît aux syndicats, celui-ci ne prévoyant aucune garantie sur l'avenir des hauts-fourneaux… « Au titre des engagements pris par ArcelorMittal, figure celui de maintenir l'ensemble de ses centres industriels en France, notamment Dunkerque, Fos et Basse-Indre », a répliqué lundi le Premier ministre. « Aucun de ces sites n'a été privilégié par rapport à celui de Florange. » L'intérêt d'une intervention d'Ayrault n'est d'ailleurs pas évident : en dépit d'une période de chômage partiel en début d'année, l'usine de Basse-Indre se porte bien, selon un délégué syndical CGT. L'accord avec l'Etat pourrait même conduire à transférer une partie de son activité à Florange.