Splendeurs chrétiennes

Julien Ropert

— 

Le repas chez Simon le Pharisien, de Philippe de Champaigne (détail).
Le repas chez Simon le Pharisien, de Philippe de Champaigne (détail). — RMN Photographie?: G.?BLOT

L'art religieux revient à la maison. Créées pour orner les églises parisiennes du XVIIe, les œuvres de Vouet, Champaigne ou La Hyre sont présentées, jusqu'au 20 janvier à la Chapelle de l'Oratoire. Une remarquable collection de chefs-d'œuvre qui traduit bien l'évolution artistique de la période 1635-1640 à Paris. Le tout dans le cadre remarquable de la chapelle de l'Oratoire, dont le dépouillement met superbement en valeur les toiles. Au total, ce sont quatorze pièces qui sont présentées, avec en point d'orgue, Le repas chez Simon le pharisien, de Philippe de Champaigne.

Huit mois de restauration
L'œuvre, parmi les plus célèbres de Champaigne, a fait l'objet d'une restauration complète, qui aura duré huit mois et mobilisé pas moins de cinq personnes. « Ce tableau, qui date de 1656, a fait l'objet d'un dépôt du Louvre en 1982 au Musée, explique Adeline Collange-Perugi, commissaire de l'exposition. A l'origine, il se trouvait sous le cintre de la voûte du réfectoire de la chapelle du Val-de-Grâce. C'est une œuvre très classique, très riche, avec un vrai souci archéologique. » Une splendeur.

Pratique

Jusqu'au 20 janvier 2013 à la chapelle de l'Oratoire, place de l'Oratoire à Nantes. Tous les jours, sauf le mardi, de 10 h à 18 h. Nocturne le jeudi jusqu'à 20 h. Tarif plein : 2 €.