— no credit

Nantes

L'Europe se penche sur ses routes

Après une parenthèse d'un an à Paris, l'Université européenne d'été de la Sécurité routière se déroule à nouveau en Loire-Atlantique.

Après une parenthèse d'un an à Paris, l'Université européenne d'été de la Sécurité routière se déroule à nouveau en Loire-Atlantique. La troisième édition de ce rendez-vous, lancé par l'association Laser Europe (L'Action de Sécurité routière en Europe), a débuté hier à la Cité des Congrès. Jusqu'à jeudi, plus de trois cents intervenants venus de vingt-cinq pays – professionnels, politiques, responsables d'entreprises et d'associations, étudiants – sont rassemblés pour partager leurs expériences et réfléchir à de nouvelles manières de lutter contre l'insécurité routière.

« Après des résultats positifs ces dernières années, il nous semble plus judicieux de poursuivre nos efforts en s'engageant avec les collectivités territoriales », explique Robert Trottein, président de Laser Europe. « Pendant un temps, on a un peu laissé faire les choses. Il faut aujourd'hui prendre conscience qu'on a une responsabilité collective », confirme Bernard Deniaud, vice-président du conseil général délégué aux Routes. Avec plus de 1,2 million de victimes recensées l'an passé, les accidents de la route sont en effet en passe de devenir l'une des premières causes de mortalité dans le monde. « La France était parmi les mauvais élèves de l'Europe il y a quatre ans, ajoute Rémi Heitz, délégué interministériel à la Sécurité routière. C'est en se comparant aux autres pays, notamment les plus en avance comme le Royaume-Uni ou la Suède, qu'on réussira à atteindre le peloton de tête. »

Frédéric Brenon

Une femme et sa fille de 7 ans sont décédées hier après-midi, à Saint-Père-en-Retz, dans un choc frontal avec un poids lourd. Seize personnes ont perdu la vie sur les routes de Loire-Atlantique depuis début août.