L'APA, remède à la dépendance ?

— 

Simone et Aloïs Derouard ont pu rester dans leur maison grâce à l'APA.
Simone et Aloïs Derouard ont pu rester dans leur maison grâce à l'APA. — F. Elsner/20 Minutes

Le conseil général a donné lundi un coup de projecteur sur l'Allocation personnalisée d'autonomie. Accordée aux personnes âgées de plus de 60 ans en perte d'autonomie, cette aide est perçue par près de 9 000 personnes en Loire-Atlantique, dont l'âge moyen est de 83, 5 ans. L'APA sert à financer des aides humaines (à la toilette, au repas…) pour maintenir ces personnes à leur domicile. « On paie beaucoup moins cher les aides ménagères, témoigne Simone Derouard, 85 ans. Sans l'APA, nous n'aurions pas pu rester chez nous. » Cette aide tient compte du degré de dépendance et s'ajuste en fonction des moyens financiers de la personne âgée. Et elle est de plus en plus demandée. « Le nombre de bénéficiaires augmente régulièrement, souligne Chantal Leduc-Bouchard, vice-présidente du conseil général déléguée aux personnes âgées. C'est une aide financière, mais aussi un accompagnement humain. Mais les gens ne la connaissent pas forcément ou n'osent pas tous la demander. » L'APA représente un budget de 88 millions d'euros pour le département. Pour l'obtenir, il faut la demander auprès de la mairie, du CCAS, du CLIC, ou de la délégation de solidarité.J.R.