Trêve fragile à Notre-Dame-des-Landes

Guillaume FrouiN

— 

Cinq opposants ont été interpellés lundi par des policiers infiltrés derrière leurs barricades.
Cinq opposants ont été interpellés lundi par des policiers infiltrés derrière leurs barricades. — F. Elsner / 20 Minutes

Début de « négociation » autour du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. L'Etat a proposé lundi aux opposants de « stopper les interventions de gendarmerie sur site », en contrepartie du « gel de toutes les nouvelles constructions illégales » sur la zone d'aménagement différé du futur aéroport. « La question de l'exécution du référé de La Châtaigneraie [où se sont installées les nouvelles bâtisses des opposants depuis le 17 novembre] ferait partie de la négociation », indique la préfecture de Loire-Atlantique. Une annonce accueillie diversement par les opposants, qui se remettaient lundi des affrontements du week-end avec les forces de l'ordre.

Des policiers infiltrés
« Pour nous, c'est une ouverture pour discuter d'une avancée vers un moratoire, c'est-à-dire l'abandon du projet à plus ou moins long terme », analyse Julien Durand, paysan retraité et porte-parole de l'Acipa. L'accalmie est aussi la bienvenue pour des opposants« fatigués physiquement et moralement », selon Cécile, 24 ans. « C'est dur de voir des copains blessés », explique la jeune femme, venue du Morbihan.
Mais la « rage » coule encore dans les têtes d'autres occupants de la « zone à défendre ». « Il y a beaucoup de colère », confie Julien, 27 ans, qui s'affaire autour du « black bloc sanitaire », privé d'eau chaude depuis l'intervention des forces de police. « Cela a été fait avec beaucoup de violence... Or, la violence amène la violence. »
Lundi, en fin d'après-midi, de nouveaux heurts ont d'ailleurs éclaté avec les forces de l'ordre, qui avaient commencé à déblayer les barricades sur la route départementale voisine. Cinq opposants ont ainsi été placés en garde à vue. « Trois personnes ont été arrêtées par des flics déguisés en black bock, cailloux à la main », affirment des opposants au projet d'aéroport, sur leur site zad.nadir.org. « Ils étaient une dizaine, et sont restés pendant une heure derrière nos barricades, avant de rebasculer du sale côté ! »