Saint-Brévin joue avec les fils de l'air

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Une histoire de familles. La 12e édition des Gonflés à bloc, qui se tenait ce week-end à Saint-Brévin, a de nouveau réuni plusieurs centaines d'amateurs et de spectateurs sur la plage du casino. Unique en son genre, cette « rencontre de cerfs-volants » est née en 1995 de la volonté de trois couples d'amis, tous cerfs-volistes, de Nantes et Rezé. « La plupart du temps, quand on allait à ce type de rencontres, rien n'était prévu pour nos enfants », raconte Michèle Rousselot, désormais secrétaire des Eoliens, l'association qui organise Les Gonflés à bloc.

A Saint-Brévin, depuis douze ans, les petits ont donc toute leur place. Des « combats de rokkaku » – petits cerfs-volants japonais – étaient prévus samedi matin pour eux, en ce dernier week-end de vacances scolaires. Avec son ambiance et son organisation familiales, le festival de cerfs-volants de Saint-Brévin fait figure d'exception dans le paysage cerf-voliste français. « Pratiquement toutes les autres rencontres sont organisées par des professionnels ou par des clubs », fait remarquer Michèle Rousselot. A Saint-Brévin, ni compétition ni droit d'entrée ; place est faite à la « convivialité ». Tous les cerfs-volistes sont nourris à l'oeil, grâce à l'intervention de l'office du tourisme.

« Ici, tout le monde se tutoie, même si on ne se connaît pas », confirme Thérèse, 58 ans, une habituée venue de Vannes (Morbihan). « Ça permet aussi de nouer des contacts entre cerfs-volistes, car on se retrouve de rencontre en rencontre. » Le Festival international de Dieppe (Seine-Maritime), du 9 au 17 septembre, est ainsi entouré de rouge dans l'agenda de chacun. Sylvain et Blandine, venus d'Angers (Maine-et-Loire) avec Laurane, 2 ans, y seront « évidemment ». Un week-end sur deux, ils sillonnent la France avec leurs énormes « chien », « pieuvre » ou encore « pingouin » gonflables de 25 mètres de long. « L'hiver, on passe notre temps à fabriquer nos cerfs-volants, et l'été, on le passe à les montrer », sourit Blandine.

Guillaume Frouin