Ouverture grincheuse de la chasse ce week-end

©2006 20 minutes

— 

Les 17 000 chasseurs de Loire-Atlantique en ont ras la casquette. L'ouverture de la chasse au gibier d'eau samedi n'a pas apaisé leurs rancoeurs. Pour la première fois cette année, ils n'ont plus le droit de tirer avec des plombs dans la nature, afin d'éviter les problèmes de saturnisme. « C'est une mesure de santé publique que nous acceptons, mais elle est contraignante à appliquer, réagit Yvonnick Guiheneuf, le président de l'Association des chasseurs de gibier d'eau de Brière. En remplacement, nous devons utiliser de la grenaille d'acier, mais les fabricants n'arrivent pas à fournir suffisamment et certains chasseurs se retrouvent à court de munitions. » De plus, comme le souligne Raymond Guillaud, président de la fédération des chasseurs de Loire-Atlantique, « la grenaille d'acier est plus légère et a une portée plus courte ».

Tout cela ne serait rien pour les chasseurs s'ils avaient pu s'adonner à leur sport favori depuis plusieurs semaines. Mais « les dates d'ouverture sont de plus en plus tardives chaque année, regrette Yvonnic Guiheneuf. Il ne reste presque plus d'eau dans le marais de Brière car on arrive à la fin de l'été. L'ouverture a donc été très modeste. » Ce week-end, les chasseurs n'avaient en effet le droit de tirer que les canards colvert et les sarcelles. Pour les autres espèces, les dates d'ouverture sont étalées durant le mois de septembre. « Si nous ne sommes pas plus écoutés l'année prochaine, nous envisageons la désobéissance civique », menace le président de l'Association des chasseurs de Brière.

Stéphanie Lacaze