NANTES - « Dans la rue, il y a souvent des gros bras à proximité »

— 

Le nombre de prostituées dans les rues de Nantes est estimé à « environ 150 », selon le Mouvement du Nid qui va à la rencontre de ces femmes. « Elles sont principalement originaires du Nigéria, du Cameroun ou de Roumanie, indique Anne-Marie Ledebt, déléguée départementale. Leur nombre a fortement augmenté au début des années 2000 mais est globalement stable depuis. Les Africaines se trouvent surtout quartier Paul-Bellamy, les Roumaines quai de la Fosse. La plupart logent à plusieurs dans des appartements ou de petits hôtels. Ça tourne beaucoup, certaines ne restent que quelques semaines. Quand elles sont dans la rue, il y a souvent des guetteurs et gros bras non loin. Quant aux clients, ils sont de tous âges et tous profils. Certains s'arrêtent avec le siège bébé à l'arrière de la voiture… »F.B.