Un bâtiment qui a déjà coûté plus cher que le Zénith

— 

Désormais exploité par Rezidor-Radisson, neuvième groupe hôtelier mondial, l'ancien palais de justice de Nantes n'a pour autant pas totalement échappé au patrimoine public. Le conseil général, propriétaire des murs, a en effet signé avec l'investisseur Axa Real Estate un atypique bail à construction qui lui permet d'en récupérer l'usage dans… 80 ans. Axa Real Estate devra d'ici là l'entretenir, le mettre aux normes et verser au département un loyer d'environ 2 millions d'euros sur dix ans. La transformation du site a déjà coûté près de 40 millions d'euros aux investisseurs privés. Soit un peu plus que le prix du Zénith ou de la Fabrique. « Cela s'explique par la qualité de la prestation et la complexité du chantier », confie un proche du dossier. L'hôtel, le huitième classé quatre étoiles à Nantes, vise une clientèle internationale majoritairement d'affaires. Avec comme objectif un taux de remplissage « d'au moins 60 % ».F.B.