Le bras de fer reprend cette semaine

Frédéric Brenon

— 

Au moins six maisons doivent être détruites afin de permettre le démarage des travaux.
Au moins six maisons doivent être détruites afin de permettre le démarage des travaux. — S. MAHE/REUTERS

Après un bref retour au calme ce week-end, l'expulsion des terrains occupés illégalement reprend ce lundi sur le site du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Et, avec elle, la guérilla rurale que se livrent depuis une semaine squatteurs altermondialistes et gendarmes. Compte tenu du rapport de force (une centaine d'opposants actifs contre au minimum 200 militaires), la première manche a logiquement tourné à l'avantage des porteurs du projet. Sept des huit maisons à expulser sont « sous contrôle » et deux sont détruites, selon la préfecture. Toutes seront démolies d'ici « un peu plus d'une semaine ». « J'appelle tous ces opposants à abandonner le plus vite possible leurs comportements violents, demande le préfet, Christian de Lavernée. A chaque manifestation hostile, il y aura une réponse d'ordre public. Et je ne crois pas qu'il y ait une possibilité que le rapport de force s'inverse. »

Réoccupation annoncée
Mais les squatteurs n'entendent pas baisser les bras. « Le moral est bon malgré la pression démesurée que nous subissons. Il nous reste encore beaucoup de solutions pour tenir sur place », assure l'un d'eux. Une grande manifestation de « réoccupation des lieux » est d'ores et déjà annoncée, tandis qu'un appel « aux relais et renforts » est lancé. Samedi, 1 500 personnes anti-aéroport ont manifesté à Nantes en guise de soutien. Les travaux préparatoires à la construction doivent, eux, débuter avant la fin d'année 2012.

Le 3 millionième passager

Pendant ce temps-là, l'actuel aéroport Nantes-Atlantique poursuit sa régulière croissance de trafic. La plateforme a ainsi accueilli vendredi son 3 millionième passager de l'année. Un chiffre symbolique qui n'avait été atteint que fin novembre l'an dernier. Depuis janvier 2012, l'aéroport connaît une augmentation de trafic d'environ 11 %.