La BN ouvre les portes de l'usine au public

Frédéric Brenon

— 

Toute la chaîne de fabrication se dévoile aux visiteurs.
Toute la chaîne de fabrication se dévoile aux visiteurs. — F. Elsner/20 Minutes

Des visites « exceptionnelles ». Le qualificatif n'est pas trop fort tant l'événement est rare dans un secteur enclin à préserver ses moindres secrets de fabrication. Jusqu'à vendredi, la BN ouvre au grand public les portes de son site de Vertou, sa principale usine française. Près de 2 000 curieux en profiteront pendant trois jours.
« Toutes les visites affichent complet, se félicite Nicolas Gauchard, responsable marketing chez BN. On a même dû refuser plusieurs centaines de demandes. Il y a un fort intérêt pour la redécouverte du milieu industriel. Nos consommateurs ont envie de savoir comment c'est fait et par qui. » Le personnel a été mis à contribution pour encadrer les groupes partant chaque quart d'heure. Chef d'équipe à l'année, Valérie emmène ses hôtes vers la ligne de production n°37, celle des fameux Choco BN.

Le Choco BN de A à Z
« C'est la grosse cavalerie, prévient-elle. Cette ligne débite 2 200 biscuits par minute, soit 3 millions par jour! » Pendant une heure, les visiteurs assistent à l'élaboration de la pâte, à son découpage en « pâtons », à leur double passage au four (« bis-cuits car cuits deux fois ») ou à l'application minutieuse du chocolat et de la fraise. « Je n'imaginais pas tout ça pour faire un Choco », lâche, surpris, Alexandre, 10 ans. Le contrôle qualité, le process de conditionnement ou le choix du packaging sont aussi décryptés. « Les enfants ne mangeront plus leur biscuit de la même façon », est persuadée Fabienne. « Le niveau d'automatisation est impressionnant, analyse Etienne, 44 ans. Tout s'enchaîne, sans rupture, avec beaucoup de sérieux. Et finalement assez peu de personnel. »

L'usine de Vertou à la relance

En difficulté il y a quelques années, l'usine BN de Vertou (400 salariés) se porte bien grâce au développement du « Choco » et à la récupération des « Casse-croûte » et « Spéculoos », auparavant produits à l'étranger.