NANTES - Il frappait son père handicapé

— 

C'est un « tyran domestique », tonne le procureur, qui a fait de sa victime son « souffre-douleur habituel ». Stéphane, 37 ans, a écopé mercredi de dix-neuf mois de prison ferme, pour avoir frappé en juillet son père handicapé. Bilan : deux côtes cassées, et six semaines d'ITT. Une violence habituelle pour ce chômeur alcoolique et toxicomane, qui a toujours vécu chez ses parents. « Quand il est à jeûn, c'est un brave garçon, mais quand il a bu ou fumé, il n'a plus de limites a dit son père aux policiers. Il ne se gêne pas pour me mettre des baffes quand il rentre et que le repas n'est pas prêt. »
L'homme n'a toutefois pas voulu porter plainte contre son fils unique. C'est le signalement des services sociaux qui a déclenché l'enquête. « Mon client n'est pas dupe : il sait qu'à 37 ans, il n'a rien fait de sa vie », plaide l'avocate de Stéphane. « Ce sont toutes ses angoisses qui ressortent avec l'alcool. »G.F.