« La récolte n'a pas tenu ses promesses »

Propos recueillis par Frédéric Brenon

— 

Marie-Thérèse Haumont est paludière à Saint-Molf.
Marie-Thérèse Haumont est paludière à Saint-Molf. — F. Elsner/20 Minutes

La récolte du sel 2012 s'est achevée ce week-end pour la majorité des 280 paludiers du bassin guérandais. Bilan et perspectives avec Marie-Thérèse Haumont, présidente de la coopérative Les Salines de Guérande.

Comment s'est déroulée

cette saison 2012 ?
Elle n'a pas tenu ses promesses. Ça avait bien démarré avec un printemps sec, puis juillet a été catastrophique. La pluie est notre ennemi : elle empêche la cristallisation du sel. On a heureusement ensuite eu une saison un peu plus tardive que d'habitude, grâce à un beau mois de septembre. Au final, la production sera en deçà de la moyenne. Les 190 paludiers membre de la coopérative devraient totaliser à peine 10 000 tonnes de sel. [10 000 t en 2011, 18 000  t en 2010]

Est-ce une catastrophe

pour la profession ?
Non, car on sait gérer ces années de manque. On a une politique de stock qui nous permet d'avoir toujours de côté deux ou trois années, afin de pouvoir répondre aux besoins de commercialisation. Et puis les aléas de la météo font partie intégrante de la vie du paludier. Sinon, il faut changer de métier !
Qu'en est-il de la qualité ?
Le gros sel est correct. Mais pour la récolte de la fleur de sel, ça ne sera pas une super année. C'est dommage, car c'est le produit qu'on valorise le plus.
Comment se portent

les ventes du sel guérandais ?
Elles se maintiennent à un niveau équivalent depuis plusieurs années. Le marché n'est pas extensible. La concurrence des sels industriels est forte et les Français sont de plus en plus vigilants sur leur consommation. La campagne « manger moins gras, moins salé, moins sucré » est passée par là.
L'obtention récente du label Indication géographique protégée va-t-elle vous aider ?
Bien sûr, elle garantit qu'un sel de Guérande vendu est bien produit à Guérande, de manière naturelle et artisanale. Elle nous protège des copies et des publicités mensongères. La notoriété de notre sel est telle qu'on était souvent confrontés à des imitations.