NANTES - Une « nouvelle page blanche  » après le MIN et les voies ferrées

— 

La première phase du projet île de Nantes avait été marquée par la transformation de nombreuses friches (Nefs, Fabrique, Fonderies, Hangar à bananes, Tripode…). La seconde phase qui débute bénéficiera d'une autre opportunité :  la récupération des emprises de Réseau ferré de France et du Marché d'intérêt national (MIN). En tout, une centaine d'hectares libérés à l'horizon 2017. « C'est une nouvelle page blanche pour écrire le futur et faire de cette île un métacentre, un complément du centre historique », explique Marcel Smets, l'architecte en chef de l'île de Nantes. Avec près de 5500 nouveaux logements programmés, l'île représente aussi une « formidable réponse à l'étalement urbain », suggère Gilles Retière, président PS de Nantes métropole. Près de 40 000 habitants y sont attendus d'ici à 2030 (18 000 aujourd'hui).