Municipales 2020 à Marseille : Les recours intentés dans deux secteurs examinés en février

MUNICIPALES 2020 Le tribunal administratif de Marseille va juger les recours intentés contre les résultats des municipales dans deux secteurs de Marseille

20 Minutes avec AFP

— 

Des affiches municipales à Marseille.
Des affiches municipales à Marseille. — Fabien Dupoux/SIPA
  • La justice étudiera en février des recours intentés contre les résultats des élections municipales à Marseille. 
  • Ces eventuels nouveaux scrutins ne devraient pas avoir de conséquence sur la nouvelle municipalité de gauche. 

Les électeurs de quatre arrondissements de Marseille vont-ils revoter ? Les recours intentés contre les résultats des municipales dans deux secteurs de Marseille seront débattus en février au tribunal administratif, a-t-on appris ce mardi de source judiciaire.

Ces éventuels nouveaux scrutins ne devraient toutefois pas menacer la nouvelle municipalité de gauche qui a mis fin début juillet à 25 ans de règne de Jean-Claude Gaudin (LR) à la tête de la deuxième ville de France, le principal secteur concerné ayant été remporté cet été par l’opposition.

Plusieurs recours

Les trois recours déposés contre le résultat de l’élection dans le 6e secteur (11e et 12e arrondissements), finalement remportée par le maire sortant LR Julien Ravier, seront examinés le 19 février, a précisé à l’AFP le tribunal administratif de Marseille, confirmant une information du média local Marsactu.

Ces recours ont été déposés par Yannick Ohanessian, tête de liste de l’alliance de gauche du Printemps Marseillais dans le secteur, devancé de 352 voix seulement au second tour (35,37 % contre 34,10 %), à l’issue d’une quadrangulaire, ainsi que par deux candidats éliminés au premier tour, Pascal Chamassian (LREM, 7,48 %) et François de Cambiaire (DVG, 3,57 %).

Le recours de Yannick Ohanessian était notamment basé sur « le climat délétère incompatible avec l’ordre public » constaté lors d’un scrutin entaché notamment de soupçons de fausses procurations. Dans le volet pénal de ce dossier, les enquêteurs creusent la piste d’une maison de retraite du 12e arrondissement où une cinquantaine de procurations ont été établies pour des résidents, certains séniles, et ce à leur insu, selon plusieurs familles.

Aucune date pour le recours de Stephane Ravier

Deux semaines plus tôt, le 2 février, le tribunal administratif étudiera le recours de Jean-Philippe Agresti, tête de liste LR dans le 3e secteur (4e et 5e arrondissements), remporté au second tour par le Printemps marseillais. Le doyen de la faculté de droit d’Aix-en-Provence avait été éliminé dès le premier tour, faute d’avoir pu franchir la barre des 10 % nécessaires (9,69 %).

Un dernier recours, déposé par le sénateur RN Stéphane Ravier pourrait quant à lui entraîner l’annulation de l’élection dans un 3e secteur de la ville, le 7e, finalement décroché par la liste LR menée par l’ex-général de gendarmerie David Galtier. Aucune date n’a encore été fixée dans ce dossier qui pourrait permettre à l’ex-maire RN du secteur de reconquérir ces 13e et 14e arrondissements du nord de la ville qu’il avait conquis en 2014.

Devancé de 387 voix au second tour (50,97 % contre 49,03 %), Stéphane Ravier met notamment en cause les signatures différentes entre les deux tours pour quelque 450 bulletins, ainsi que le très grand nombre de bulletins déclarés nuls dans certains bureaux de vote.