Résultats des municipales 2020 dans l’Oise : Les vainqueurs font des doigts d’honneur, ça passe mal

ELECTIONS Neuf colistiers d’un maire, fraîchement élu dans l’Oise, provoquent la polémique en adressant des doigts d’honneur sur une photo diffusée sur les réseaux sociaux

G.D.

— 

La mairie de Balagny-sur-Thérain, dans l'Oise.
La mairie de Balagny-sur-Thérain, dans l'Oise. — Google Maps
  • L’élection à Balagny-sur-Thérain, une petite commune de 1.700 habitants, dans l’Oise, serait passé inaperçu sans un geste grossier diffusé sur Facebook.
  • Neuf colistiers du nouveau maire élu, Philippe Maréchal, adressent, tout sourires, des doigts d’honneur.
  • Du côté du futur maire, absent de cette fête (un peu arrosée, selon les protagonistes), la gêne se fait sentir. « Cette photo, que je condamne, a été détournée de son objectif. Elle n’avait pas pour but d’insulter la population. Nous allons porter plainte pour diffamation », explique Philippe Maréchal.

Des doigts d’honneur qui passent mal. Dimanche, l'élection municipale de Balagny-sur-Thérain, une petite commune de 1.700 habitants, dans l’Oise, serait passée inaperçue sans un geste grossier diffusé sur Facebook. Sur une photo, on voit neuf colistiers du nouveau maire élu, Philippe Maréchal, adresser, tout sourires, des doigts d’honneur, face caméra, comme le rapporte France 3.

La photo est aussitôt partagée sur les réseaux sociaux et se retrouve sur un tract distribué dans les boîtes aux lettres des villageois, dès lundi. Stupeur chez les concitoyens, qui avaient déjà vécu une campagne mouvementée, allant jusqu’aux insultes sur les réseaux sociaux.

« Cela donne une très mauvaise image »

Trois listes se présentaient pour le second tour dont celle de la maire sortante, Marie-Odile Guillou. A peine annoncée la victoire de la liste de Philippe Maréchal, rendez-vous était donné chez une colistière pour fêter la victoire et l’immortaliser de cette façon assez inhabituelle.

Interrogée par la chaîne régionale, Marie-Odile Guillou, maire jusqu’à l’investiture de la nouvelle équipe, se dit « triste pour [son] village ». « Cela donne une très mauvaise image. Quand on est élu, il faut rester digne », explique-t-elle. « Ça fout la zizanie entre les gens et ça salit le village », raconte un habitant de Balagny.

« Nous allons porter plainte pour diffamation »

Du côté du futur maire, absent de cette fête (un peu arrosée, selon les protagonistes), la gêne se fait sentir. « Cette photo, que je condamne, a été détournée de son objectif. Elle n’avait pas pour but d’insulter la population. Nous allons porter plainte pour diffamation », explique Philippe Maréchal.

Quant à l’élue, qui a posté la photo avant de supprimer son compte Facebook, elle reconnaît que ce geste était destiné « à ceux qui ne croyaient pas en nous ». « C’était une plaisanterie. Il n’y avait rien de méchant » avoue-t-elle, avant d’affirmer « avoir été menacée verbalement et diffamée sur les réseaux sociaux » durant la campagne.

Des courriers ont d’ores et déjà été envoyés au préfet, et une pétition est prévue pour demander la démission des élus. Ambiance. En attendant, l’affaire se réglera donc devant les tribunaux et le prochain conseil municipal d’investiture du maire risque d’être pour le moins animé.