Résultats des municipales à Marseille : Mais c’est quoi ce bazar pour élire le maire ?

MUNICIPALES Le second tour des élections municipales à Marseille a vu Michèle Rubirola du Printemps marseillais gagner largement en termes de voix, mais elle n’obtient pas la majorité absolue à cause du découpage par secteur

Adrien Max

— 

Michèle Rubirola, du Printemps marseillais, lors de sa prise de paroles lors de la soirée électorale des municipales à Marseille.
Michèle Rubirola, du Printemps marseillais, lors de sa prise de paroles lors de la soirée électorale des municipales à Marseille. — PHILIPPE MAGONI/SIPA
  • Michèle Rubirola, du Printemps marseillais, est arrivée en tête du second tour des municipales à Marseille avec 38.28 % des suffrages exprimés, devant Martine Vassal, Les Républicains, 30.75 %.
  • Si cette avance en termes de voix est importante, elle ne lui offre que 42 sièges au conseil municipal, contre 39 pour Martine Vassal, en raison de la loi PLM et du découpage par secteur.
  • Une situation qui offre aux plus petits candidats comme Bruno Gilles (DvD), mais surtout Samia Ghali (DvG), la possibilité de peser lourd dans l’élection du prochain maire de Marseille.

00h40. Il a fallu attendre cette heure dans la nuit de dimanche à lundi, pour voir Michèle Rubirola, la candidate du Printemps marseillais, se présenter devant les journalistes à son local de campagne, pour sa déclaration après sa victoire lors du second tour des élections municipales à Marseille. « Nous sommes désolés, nous attendons les résultats du 11-12 pour qu’elle s’exprime », a fait patienter son équipe à plusieurs reprises. Malgré sa large victoire en termes de voix, Michèle Rubirola est arrivée en tête avec 38.28 % des suffrages exprimés, contre 30.75 % pour Martine Vassal, la candidate Les Républicains, elle ne remporte pas la majorité absolue au sein du conseil municipal.

L’ambiance sur le Vieux Port dans la soirée était à l’image du résultat de la candidate du Printemps marseillais. Vers 23h, plusieurs dizaines de sympathisants commençaient à converger vers la mairie pour fêter cette victoire historique après 25 ans de règne de Jean-Claude Gaudin. Une heure et demie plus tard, l’ambiance était vite retombée. Et pour cause, la large victoire à l’échelle de la ville ne se concrétisait pas dans les secteurs.

13.091 voix d’écart, mais seulement trois conseillers municipaux d’avance

Si le 4-5 de Michèle Rubirola, le 1-7 de Sophie Camard, le 2-3 de Benoit Payan et surtout le 6-8 d'Olivia Fortin, face à Martine Vassal herself, sont tombés sous le giron du Printemps marseillais, le contingent de secteurs remportés s’arrête là. Martine Vassal et les Républicains sont parvenus à gagner trois secteurs, dont le plus important, le 13-14, où ils étaient en duel face au candidat du Rassemblement national Stéphane Ravier, le 9-10 de Lionel Royer Perreaut. Et surtout le 11-12 de Julien Ravier et de Valérie Boyer, pour 352 voix.

Les 13.091 voix d’écart de Michèle Rubirola et du Printemps marseillais face à Martine Vassal ne se concrétisent qu’avec une avance de trois conseillers municipaux avec ce découpage par secteurs. Michèle Rubirola aura 42 conseillers municipaux, contre 39 pour Martine Vassal alors que la majorité absolue en requiert 51.

Situation de blocage ou défaite de la droite ?

Une majorité relative donc, sur laquelle a surfé Martine Vassal, malgré son mauvais résultat. « Ce soir, je n’ai pas perdu, ce soir, il n’y a pas de majorité à Marseille. Il y a une situation de blocage que je redoutais. Comment allons nous gouverner Marseille ? », a-t-elle déclaré.

Un avis qu’est loin de partager Michèle Rubirola. « Même si la majorité est relative en nombre de sièges, ce qui est d’ailleurs un contresens démocratique, ce n’est pas une victoire relative pour nous. C’est la défaite pour la droite, elle n’est plus en mesure de gouverner cette ville », a-t-elle déclaré.

Les « petits » faiseurs de roi

Ce sont finalement donc les plus « petits » candidats qui pourraient devenir faiseur de roi. A commencer par Samia Ghali, la sénatrice divers gauche des quartiers Nord est parvenue à se faire réélire dans son secteur des 15-16 avec 38.17 % des suffrages exprimés devant Jean-Marc Coppola, du Printemps marseillais, et ses 35.24 %.

Un résultat à 2.9 % sur l’ensemble de la ville qui lui permet tout de même de remporter huit conseillers municipaux. Ils pèseront sans aucun doute lors du vote pour le prochain maire, qui devrait avoir lieu ce samedi. « Ce soir, Marseille ne pourra plus se faire sans les quartiers Nord », s’est-elle félicitée dimanche soir, bien consciente de la position centrale qu’elle occupe désormais.

Bruno Gilles, candidat divers droit, en remporte trois. Il pourrait lui aussi faire basculer l’élection, même s’il a déjà prévenu qu’il ne voterait pas pour Martine Vassal si elle venait à se présenter en tant que maire. En sous-entendant que si un autre candidat LR venait à se présenter en tant que maire, il pourrait s’allier avec lui. La semaine va être très longue à Marseille.