Résultats des municipales en Bretagne : La gauche prend Quimper, Saint-Brieuc et Morlaix et conserve Brest

ELECTIONS Traditionnellement ancrée à gauche, la Bretagne a confirmé ce dimanche en offrant plusieurs villes majeures aux listes socialistes

Camille Allain

— 

Le maire PS de Brest François Cuillandre, ici en 2014.
Le maire PS de Brest François Cuillandre, ici en 2014. — Fred Tanneau / AFP

La Bretagne a confirmé son ancrage à gauche. Ce dimanche, à l’occasion du second tour des élections municipales, plusieurs villes ont basculé aux mains de la gauche dans un contexte de très forte abstention. Les listes d’union ont renversé Quimper, Saint-Brieuc et Morlaix et sont parvenues à conserver Brest, Rennes et Nantes. Un dimanche radieux pour les socialistes entaché par la perte de Lorient, bastion rose depuis 1965. La droite conserve aussi Saint-Malo.

Isabelle Assih, première femme maire de Quimper

La capitale de Cornouaille sera dirigée par Isabelle Assih. Dimanche, la socialiste a largement remporté l’élection municipale en trustant 51 % des suffrages, bien loin devant le maire sortant Ludovic Jollivet (39 %). « C’est une victoire collective », a commenté la socialiste sur France 3 Bretagne, prévenant : « C’est un changement de méthode qui se profile ». Son adversaire, candidat de la droite et du centre, n’a pas réussi à refaire son retard concédé au soir du premier tour il y a trois mois et demi. On notera également la gifle reçue par la députée La République en marche Annaïg Le Meur, seulement créditée de 10 % des suffrages.

Agnès Le Brun renversée à Morlaix

Au nord du département, c’est une autre surprise qui s’est jouée puisque la maire sortante de Morlaix Agnès Le Brun a été sèchement battue. Au coude-à-coude avec Jean-Paul Vermot au soir du premier tour, la candidate Les Républicains s’est inclinée largement ce dimanche. La liste de gauche emmenée par Jean-Paul Vermot emporte 54 % des suffrages. La polémique autour des procurations générée par la publication d’un article du Canard Enchaîné a visiblement fait du mal à la maire sortante.

Brest fait confiance à François Cuillandre

Sans réelle surprise, Brest restera à gauche. Le maire sortant François Cuillandre s’est facilement imposé en obtenant un peu moins de 50 % des voix ce dimanche. Sa mise en examen n’a pas empêché l’élu de rempiler pour un quatrième mandat. L’ancienne préfète Bernadette Malgorn, qui s’avançait sous l’étiquette Les Républicains, est largement distancée avec 36 % des suffrages. Le candidat LREM Marc Coatanéa arrive troisième et est largement distancé (13 %).

Saint-Brieuc bascule à gauche

A Saint-Brieuc, c’est le candidat de la gauche Hervé Guihard qui est arrivé en tête avec plus de 60 % des suffrages. Son adversaire Richard Rouxel (MoDem), soutenu par l’ancien maire et actuel député Bruno Joncour est battu et obtient moins de 40 % des suffrages. A l’issue du premier tour, sa liste avait fusionné avec celle de Corentin Poilbout, qui était soutenu par la maire sortante Marie-Claire Dourion, qui ne se représentait pas.

La droite garde Saint-Malo

Le député Gilles Lurton va devoir démissionner. Ce dimanche, il a été tranquillement élu à Saint-Malo avec plus de 70 % des suffrages, bien loin devant la candidate de gauche Anne Le Gagne. Il succède au centriste Claude Renoult, qui ne se représentait pas.