Résultats des municipales à Nantes : Une réélection « nette et légitime » pour Johanna Rolland (PS)

ELECTIONS La maire sortante socialiste, qui avait fait l'union avec les écologistes, est réélue facilement dimanche soir

Frédéric Brenon et Julie Urbach

— 

Johanna Rolland annonce sa réélection à la mairie de Nantes, dimanche 28 juin 2020.
Johanna Rolland annonce sa réélection à la mairie de Nantes, dimanche 28 juin 2020. — S.Salom-Gomis/Sipa
  • Johanna Rolland est réélue maire de Nantes avec 59,67 % des voix.
  • Elle devance Laurence Garnier (27,6 %) et Valérie Oppelt (12,7 %).
  • La participation (30,95 %) est encore plus faible qu’au niveau national.

Elle est venue annoncer sa victoire dans un hôtel de ville agité bien que relativement peu garni pour une soirée électorale, compte tenu du contexte sanitaire. Il était alors 22 h et à peine plus de la moitié des bureaux de vote avaient été dépouillés. Mais l’écart en voix permettait déjà à Johanna Rolland d’envisager sans l’ombre d’un doute le score final. Avec 59,67 % des suffrages à l’issue de ce second tour dimanche soir, la candidate socialiste décroche en effet, à 41 ans, un second mandat à la tête de la mairie de Nantes. Un succès obtenu après une alliance tardive avec la candidate écologiste, Julie Laernoes.

« C’est une grande satisfaction, se réjouit Johanna Rolland. La liste que je conduis est très largement en tête. Le succès, suffisamment net pour être légitime. Nous allons pouvoir traduire concrètement le nouveau contrat social et de transition écologique que nous défendons. Notre ville peut être un laboratoire. Quand la gauche et les écologistes sont rassemblés, nous pouvons porter cet espoir. » Johanna Rolland a également confirmé sa première mesure du nouveau mandat : baisser de 20 % les tarifs des abonnements des transports en commun et passer l’ensemble de la ville de Nantes à 30 km/h.

« Cet accord était un choix de raison »

« Beaucoup disaient que notre union à gauche était un accord de circonstance. Les électeurs qui se sont déplacés ont démontré que c’était surtout un choix de raison. On voit bien ce soir qu’il se passe quelque chose partout en France. Les villes vont jouer un rôle important en réponse aux défis sociaux et écologiques », commente Julie Laernoes (EELV).

Distancée à l'issue du premier tour, la candidate des Républicains, Laurence Garnier, savait qu’elle aurait des difficultés à renverser la vapeur. Avec 27,61 % des voix, elle échoue finalement à la deuxième place, comme en 2014. Elle restera dans l’opposition mais a promis de « continuer à travailler pour les Nantais ». La députée Valérie Oppelt (LREM) termine, elle, en troisième position avec 12,71 % des voix. « Je suis fière de m’être maintenue et d’être restée seule avec mon équipe, sans avoir suivi des accords de politique politicienne. »

L’abstention particulièrement forte

Les trois candidates se sont évidemment émues du niveau de l’abstention à Nantes (69,05 %), supérieure à la moyenne nationale, dans une ville où il y avait peu de suspense au second tour. « Les chiffres sont très préoccupants. C’est aussi un message que l’on reçoit », commente Johanna Rolland. « C’est une catastrophe pour la démocratie et les élus que nous sommes », considère Laurence Garnier. « On ne peut se satisfaire d’avoir seulement 30 % de participation, reconnaît Julie Laernoes. Ça nous oblige à construire la ville de demain en impliquant encore plus les citoyens. »

Dans le détail, Johana Rolland a été élue dimanche soir par seulement 34.107 voix sur un total de 190.899 Nantais inscrits. Si l’on compare au second tour 2014, elle perd près de 18.000 voix. Mais l’abstention n’était alors que de 46,18 %.

Saint-Herblain reste aussi à gauche 

C'est la troisième ville de Loire-Atlantique, derrière Nantes et Saint-Nazaire. A Saint-Herblain, où PS et Verts n’avaient pas trouvé de terrain d’entente, le socialiste Bertrand Affilé est réélu en récoltant 43 % des suffrages (32,7 pour EELV).