Elections municipales : « J’aurais dû venir avec une paire de couilles », s’énerve Brune Poirson face à Sébastien Chenu

CLASH La secrétaire d’État à la Transition écologique s’est agacée face aux interruptions du porte-parole du Rassemblement national

P.B.

— 

La secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson face au porte-parole du rassemblement national Sébastien Chenu sur le plateau de Cnews le 28 juin 2020.
La secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson face au porte-parole du rassemblement national Sébastien Chenu sur le plateau de Cnews le 28 juin 2020. — Cnews

Echange tendu sur le plateau de CNews. Lors de la soirée électorale des municipales, ce dimanche, la secrétaire d’État à la Transition écologique Brune Poirson s’est énervée face aux interruptions du porte-parole du Rassemblement national Sébastien Chenu, lançant : « J’aurais dû venir avec une paire de couilles et la poser sur la table. »

La bataille verbale s’est jouée à propos des résultats dans le Vaucluse, avec trois communes remportées par le Rassemblement national : Bedarrides, Mazan et Morières-lès-Avignon. « Vous en perdez aussi des majeures », commence Poirson. « Dans le Vaucluse ? », répond Chenu. « Absolument, Carpentras, par exemple », continue l’ex-députée LREM. « On n’était pas sortants à Carpentras, c’est les socialistes qui sont sortants. On ne perd pas une ville quand on n’est pas sortant », interrompt Chenu. Qui continue, sur un ton condescendant : « Madame, on perd une ville quand on est sortant. Ne dites pas n’importe quoi. On perd une ville quand on est sortant, pas quand on ne la gagne pas, allons. »

Face aux interruptions, Brune Poirson s’agace alors : « En fait, j’aurais dû venir avec une paire de couilles et la poser sur la table, comme ça peut-être que j’aurais eu le droit de parler. » « Ne soyez pas déplacée madame, je viens d’arriver sur le plateau, vous avez eu une demi-heure. » Allez, pas de jaloux : ni LREM ni le RN n’ont véritablement brillé lors de ces municipales.