Resultats des municipales : Yannick Jadot (EELV) salue la victoire d'« une espérance autour d’un beau projet » écologiste

POLITIQUE Les écologistes ont remporté plusieurs grandes villes ce dimanche

20 Minutes avec AFP

— 

Le député européen Yannick Jadot.
Le député européen Yannick Jadot. — UGO AMEZ/SIPA

L’eurodéputé EELV Yannick Jadot a salué dimanche soir la victoire d’une « espérance autour d’un beau projet » écologiste lors des élections municipales. « Ce qui a gagné ce soir, me semble-t-il, c’est la volonté d’une écologie concrète, d’une écologie en action », s’est-il félicité sur TF1 au soir du second tour. La porte-parole du parti Eva Sas évoquait de son côté sur France 2 « une vague verte (qui) se lève en France ».

Les candidats EELV ont su faire déferler jusqu’en haut des perrons des mairies la « vague verte » du premier tour le 15 mars, malgré la longue parenthèse de l’épidémie de coronavirus. Les écologistes se présentaient certes avec ambition aux élections municipales après des européennes de 2019 réussies, mais peu de cadres évoquaient en privé une déferlante de pareille ampleur. Finalement, ils gagnent rien moins que les deux plus grandes villes du pays après Paris – où ils feront tout de même partie de la majorité d’Anne Hidalgo.

Lyon, Marseille, Bordeaux 

Et ce, avec des candidats souvent inconnus du grand public. A Lyon, Grégory Doucet devrait remporter une nette victoire avec entre 50 et 54 % des voix selon plusieurs instituts, devant Yann Cucherat (DVC-LR) et Georges Képénékian (LREM diss, PRG) 16 %. A la métropole, Bruno Bernard a revendiqué sa victoire sur l’alliance entre Gérard Collomb et Les Républicains.

A Marseille, Michèle Rubirola relèguerait l’héritière du sortant Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal (LR), environ 10 points derrière elle, selon les mêmes sources. Les Verts s’en sortent particulièrement bien, ayant soutenu au premier tour une liste autonome avant de devoir fusionner avec l’union de la gauche portée par la dissidente écologiste.

Bordeaux, qui avait élu des maires de droite dès le premier tour pendant 73 ans, a aussi connu une véritable déflagration, Pierre Hurmic (45-47 %) battant le successeur d’Alain Juppé, Nicolas Florian, d’entre deux et quatre points.

Et les écologistes peuvent se targuer de victoires à Besançon, Poitiers, Tours, Annecy, et même en Ile-de-France à Colombes (près de 90.000 habitants), où s’est rendu Yannick Jadot, député européen et ex-tête de liste EELV aux européennes.