Résultats des municipales à Nice : Estrosi repart pour un troisième mandat avec une abstention record

SECOND TOUR La participation a encore baissé au second tour dans la capitale azuréenne

Fabien Binacchi

— 

Christian Estrosi, le 23 juin 2020 dans son bureau de l'hôtel de ville de Nice, à l'occasion d'un entretien avec 20 Minutes
Christian Estrosi, le 23 juin 2020 dans son bureau de l'hôtel de ville de Nice, à l'occasion d'un entretien avec 20 Minutes — SYSPEO/SIPA
  • Christian Estrosi a été réélu avec 59,30 % des voix dimanches soir.
  • Il devance le candidat du Rassemblement national Philippe Vardon (21,32 %) et celui de la liste Nice écologique Jean-Marc Governatori (19,48 %).
  • Christian Estrosi a prévu de se remettre au travail en ne « [s]’écartant à aucun moment de [son] projet validé dès le premier tour ».

Il n’y avait pas vraiment de suspense sur le résultat. La seule inconnue concernait plutôt l’abstention… A Nice, si Christian Estrosi retrouve son fauteuil haut la main, loin devant les listes du Rassemblement national et écologiste (avec 59,31 % des suffrages exprimés), le maire sortant LR devra se contenter d’une participation encore en baisse par rapport au premier tour : 27,8 % contre 28,5 %. De quoi donner du grain à moudre à ses concurrents qui ont déjà prévu de former une opposition très présente.

« Ce résultat devrait appeler Christian Estrosi à un peu plus d’humilité. Concrètement, il n’a été élu que par un électeur niçois sur cinq, a réagi le candidat du RN Philippe Vardon [21,39 % des voix], interrogé par 20 Minutes. Espérons que cela le conduise à revoir certaines pratiques autocratiques, sans écouter personne, comme il l’a fait pour ses pistes cyclables post-confinement. »

« Je ne m’écarterai à aucun moment de notre projet »

Et le représentant du parti de Marine Le Pen d’encourager le maire réélu « à interroger les Niçois sur son projet de destruction du palais Acropolis et du Théâtre national de Nice ou à défaut de l’abandonner ».

Christian Estrosi y a répondu directement, dans la soirée, en annonçant les résultats : « Dès [cette semaine], nous nous mettrons au travail. Et je ne m’écarterai à aucun moment de notre projet validé dès le premier tour », a-t-il expliqué devant la mairie, laissant échapper quelques sanglots en évoquant l’attentat du 14 juillet 2016.

« La sécurité doit être partagée entre l’état et les mairies », a-t-il également déclaré, promettant « l’ouverture de l’hôtel de police », l’un de ses projets phares qui doit regrouper les effectifs nationaux et municipaux dans l’ancien hôpital Saint-Roch, « d’ici trois ans ».

La liste écologiste se contente de la troisième place

Christian Estrosi a aussi assuré que son troisième mandat sera celui de la poursuite de la végétalisation de la ville, avec 70 ha d’espaces verts supplémentaires. Une promesse sans doute insuffisante pour la liste Nice écologique qui pariait sur une deuxième place et qui doit se contenter de la troisième (19,30 %), payant peut-être une fusion manquée avec les autres listes de gauche.

« Nous réalisons un score historique à Nice. Nous obtenons le meilleur score pour une liste 100 % écolo parmi les villes de plus de 15.000 habitants. Un résultat de cette nature devrait nous donner une belle force d’influence pour les questions environnementales », a expliqué Jean-Marc Governatori.

La tête de liste espérait même que Christian Estrosi lui délègue ces prérogatives. Le principal intéressait lui avait répondu directement dans 20 Minutes : « Il se trouve que j’ai des environnementalistes beaucoup plus reconnus sur ma liste ».