Municipales 2020 à Toulouse : Un dérapage homophobe entache une fin de campagne tendue

ELECTIONS Un collaborateur de la majorité municipale a été mis à pied après des propos homophobes contre le candidat écologiste à la mairie. Un colistier de ce dernier a porté plainte

N.S. avec AFP

— 

Le Capitole, siège du pouvoir du maire de Toulouse.
Le Capitole, siège du pouvoir du maire de Toulouse. — Béatrice Colin / 20 Minutes

Au fil du temps, la campagne du second tour des élections municipales s’est tendue à Toulouse où selon les derniers sondages, Antoine Maurice, le candidat écologiste de la liste Archipel Citoyen qui a fait l’union de la gauche, est donné vainqueur de peu devant le maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR, soutenu par LREM). Vendredi, à deux jours du scrutin, François Piquemal, cinquième sur la liste d’Antoine Maurice, a annoncé avoir porté plainte pour « injures publiques »

Auparavant, dans un communiqué, le Groupe Toulouse Ensemble de Jean-Luc Moudenc, avait annoncé avoir « notifié une mise à pied à titre conservatoire » et engagé « une procédure disciplinaire » à l’encontre de l’un de ses employés. Ce dernier a posté dans la nuit de jeudi à vendredi sur « Facebook des propos à caractère homophobe. Cette publication est totalement inacceptable », a indiqué dans un communiqué Jean-Christophe Cheronnet, le secrétaire général du groupe.

Un post d’excuse sur Facebook

L’auteur de ces propos les avait supprimés de son compte Facebook, au profit d’un message qui se voulait apaisant : « Hier soir j’ai tenu ici même des propos inacceptables qui ont dépassé ma pensée. Je les ai retirés depuis. Je présente mes excuses à François Piquemal et à sa tête de liste », assure-t-il.