Municipales 2020 à Rennes : « C’est totalement cadré », se défend l’équipe de Carole Gandon après sa campagne de SMS

MUNICIPALES Lundi, 89.000 SMS ont été envoyés à des Rennais pour les inciter à aller voter et à découvrir le programme de la candidate de La République en marche

Camille Allain

— 

La candidate LREM aux élections municipales à Rennes Carole Gandon. Ici en juin 2020.
La candidate LREM aux élections municipales à Rennes Carole Gandon. Ici en juin 2020. — C. Allain / 20 Minutes
  • Près de 90.000 SMS ont été envoyés à des Rennais pour les inciter à aller voter dimanche au second tour des municipales, et à découvrir le programme de la candidate LREM, Carole Gandon.
  • « C’est totalement cadré », assure Olivier Dulucq, colistier de Carole Gandon. « Nous n’avons aucun nom, aucun numéro de téléphone, aucune identité. Nous avons passé un marché avec un prestataire, qui précisait bien qu’il était externe »

Lundi, 89.000 Rennais ont reçu un SMS inhabituel. « Nous comptons sur vous pour le second tour des élections municipales le 28 juin », dit le message signé de l’équipe de Carole Gandon. La campagne menée par la candidate LREM à la mairie de Rennes a trouvé un drôle d’écho sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes se sont au mieux montrés étonnés d’avoir été ainsi contactés. D'autres ont fait part de leur colère face à un procédé qu’ils jugeaient intrusif. « C’est totalement cadré », assure Olivier Dulucq, colistier de Carole Gandon. « Nous n’avons aucun nom, aucun numéro de téléphone, aucune identité. Nous avons passé un marché avec un prestataire, qui précisait bien qu’il était externe ».

Plusieurs signalements ont été adressés à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) comme le prévoit la loi. Le gendarme du web a même pris le soin de contacter la candidate « afin de l’interroger sur le traitement des données de ses prospects », précise la CNIL qui assure « ne pas pouvoir en dire plus à ce stade ».

Le marché, dont le montant est estimé à 17.000 euros, a été passé avec la société Adrexo, qui se présente comme « le premier opérateur privé de la distribution d’imprimés publicitaires physiques et numériques ». « C’était moins cher pour nous que le boîtage (l’envoi de tracts en boîte aux lettres) », précise Olivier Dulucq. S’ils ont pu se désabonner facilement en envoyant « stop » en réponse aux SMS, de nombreux prospects s’interrogeaient sur la manière dont la société avait obtenu leur numéro de téléphone. Ces fichiers sont en fait fournis par différents prestataires comme les sites d’achat en ligne, les banques ou les assurances qui vendent des listes de noms.

En amont du premier tour, le candidat du Rassemblement national Emeric Salmon avait adressé 140.000 SMS et appels aux Rennais avec un procédé similaire à celui de l’équipe de campagne de Carole Gandon. Avec un effet plutôt limité. Sa liste n’avait obtenu que 4,5 % des suffrages dans la capitale bretonne.