Municipales 2020 à Bordeaux : Florian et Cazenave veulent que les établissements de nuit rouvrent « dès cet été »

ELECTIONS Le maire sortant Nicolas Florian (LR) et son nouveau colistier Thomas Cazenave (LREM), ont annoncé lors d’une conférence de presse sur la sécurité leur intention de demander au gouvernement la réouverture des établissements de nuit « dès cet été »

Mickaël Bosredon

— 

Le 2 février 2017, la boîte de nuit La Plage, à Bordeaux
Le 2 février 2017, la boîte de nuit La Plage, à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • Pour les deux candidats de la liste « Union pour Bordeaux », les établissements de nuit permettent d’encadrer et de canaliser une partie de la jeunesse qui se regroupe dans la ville la nuit.
  • Ils sont notamment inquiets pour cet été, en ce qui concerne Bordeaux mais aussi toutes les stations balnéaires.
  • La liste Union pour Bordeaux a parallèlement annoncé son intention de demander la création d’un nouveau quartier de reconquête républicaine (QRR), pour le périmètre Bordeaux-Sud, « sitôt élus dimanche. »

Rouvrir les établissements de nuit, pour calmer certaines ardeurs nocturnes ? Interrogé ce mercredi par 20 Minutes lors d’une conférence de presse sur la sécurité, concernant la série d'agressions à l'arme blanche qui vient de se produire à Bordeaux, le candidat Nicolas Florian a fait part de son inquiétude. Avec « l’effet post-confinement, il y a des gens qui expriment une tension vécue pendant des mois, et qui se traduit parfois par des confrontations » estime-t-il.

« On s’aperçoit aussi que tous les acteurs qui arrivaient à canaliser cette énergie d’une partie de notre jeunesse, ne sont plus en situation d’agir, je pense notamment aux boîtes de nuit, poursuit-il. Et on assiste, ici comme ailleurs, à des regroupements de notre jeunesse avec parfois des problèmes d’alcoolisme, et ça dégénère. » Le maire sortant, avec son colistier Thomas Cazenave, a ainsi annoncé qu’ils allaient ensemble « entamer une démarche auprès du gouvernement, pour tenter de revoir sa position sur les lieux de nuit, et que ces établissements puissent rouvrir avant septembre. Sinon, il va y avoir un vrai sujet là-dessus cet été, à Bordeaux comme sur les stations balnéaires. »

Thomas Cazenave, ex-candidat LREM qui a rejoint la liste du candidat LR, assure que ces établissements de nuit permettent de « canaliser une partie de la jeunesse, car il y a tout un tissu de professionnels qui encadrent. » Et Nicolas Florian précise que « les propriétaires de ces établissements nous font des propositions pour pouvoir rouvrir dans de bonnes conditions. »

« Remettre en place la brigade équestre »

Concernant l’insécurité d’une manière plus générale, Nicolas Florian a souligné qu’à Bordeaux, « la situation se dégrade depuis deux-trois ans » et a rappelé que lors de la campagne des municipales de 2014, « la sécurité n’était pas un sujet. » « Là, on voit les choses se détériorer, avec des phénomènes très identifiés, comme une recrudescence des cambriolages dans le centre-ville, ou comme le problème des mineurs non-accompagnés. Il y a notamment des zones de deal à ciel ouvert, comme rue des Faures ou à la Bastide. »

Pour y remédier, Nicolas Florian veut doubler les effectifs de la police municipale et « déployer plus d’investissement dans la vidéosurveillance. » Il a aussi annoncé qu’il allait « remettre en place une brigade équestre – alors que je l’avais supprimée – au niveau des quais. Je me suis laissé convaincre par les professionnels qu’une brigade équestre, cela se voit de loin. » Côté prévention et médiation, il a annoncé que « nous allons déployer 12 médiateurs sur le territoire pour plus de contact avec les habitants. »

Un nouveau quartier de reconquête républicaine pour le secteur Saint-Michel-Capucins-Gare

Parallèlement, Thomas Cazenave a annoncé qu’il souhaitait un nouveau « quartier de reconquête républicaine (QRR) » pour le secteur de Bordeaux-Sud, dans les quartiers Saint-Michel-Capucins-Gare. « Comme celui mis en place à Bordeaux Maritime (Les Aubiers et Bacalan), où ça fonctionne bien » a appuyé Nicolas Florian. « On voit bien, argumente Thomas Cazenave, que les problèmes de sécurité se concentrent dans tout ce périmètre de Bordeaux sud, et la création d’un QRR à cet endroit sera une de nos premières actions, sitôt élus dimanche. »

Enfin, sur la question de l'armement de la police municipale, les deux nouveaux colistiers, qui n’étaient pas d’accord sur ce point, ont dû accorder leurs violons. Thomas Cazenave, qui était contre, a lancé qu’il n’allait « pas dire aujourd’hui le contraire de ce [qu’il] a dit il y a trois semaines ! » « Mais j’ai aussi dit que tout dépendrait du contexte, qu’il faudrait voir si jamais celui-ci se dégradait, je ne suis pas sur une position figée, mais je considère que la priorité c’est d’abord une présence plus importante de la police municipale. »

Nicolas Florian, plus ouvert sur la question et qui prônait un débat en conseil municipal, a rappelé qu'« au début » il était « contre », « puis j’ai évolué. » « Je pense qu’après les élections, il faudra reparler de cela. Mais ça méritera aussi une discussion avec l’Etat. Ce n’est pas un sujet tabou, mais je ne veux pas faire cela dans la précipitation. »