Municipales 2020 à Marseille : Eliminé pour une voix, un candidat de Samia Ghali dépose plainte pour des incidents

MUNICIPALES Une plainte a été déposée par un colistier de Samia Ghali (DVG), éliminé à une voix près aux municipales de Marseille et qui se dit victime d’incidents et de fraudes

20 Minutes avec AFP

— 

Des affiches de Samia Ghali, candidate aux municipales 2020 à Marseille
Des affiches de Samia Ghali, candidate aux municipales 2020 à Marseille — Gerard Bottino / SOPA Ima/SIPA

Un avocat, candidat aux municipales à  Marseille sous les couleurs de la sénatrice ex-PS Samia Ghali mais éliminé à une voix près à l’issue du premier tour, a déposé mardi plainte contre « X », dénonçant de multiples incidents et fraudes.

L’ambiance de la campagne est particulièrement tendue dans la deuxième ville de France, où plusieurs listes ont fait état d’irrégularités et d’incidents au premier tour. A la mi-juin le parquet a ouvert une enquête sur des soupçons de fraudes aux procurations dans le camp de la candidate LR Martine Vassal.

9,99 % des voix

Dans sa plainte, Alain Lothe, candidat dans les 2e et 3e arrondissements, rappelle qu’il a obtenu selon les chiffres officiels 9,99 % des voix, après avoir été crédité de 10 % dans la soirée, selon des résultats provisoires publiés par certains médias.

Le candidat, qui a demandé un recomptage au tribunal administratif, s’appuie dans sa plainte sur des faits dont certains ont déjà été dénoncés par d’autres camps : une tentative de vol d’urne par des hommes munis de pistolets à billes de peinture, la présence de « rabatteurs » allant dénicher les votants près des bureaux, ou encore l’apposition « d’une feuille blanche volante sur le procès-verbal » rédigé dans les bureaux de vote qui « constitue un passeport pour la fraude » et qui expliquerait « qu’une voix se soit volatilisée dans la nature ». Il dénonce également « l’utilisation d’agents techniques vacataires [de la mairie d’arrondissement] recrutés pour faire la campagne électorale », tout en étant assesseurs.