Municipales 2020 à Lyon : Un candidat LR dérape et traite les électeurs écologistes de « connards »

DERAPAGE Le chef cuisinier Christophe Marguin, candidat LR, s'est emporté lors d'une discussion devant les caméras de télévision

Caroline Girardon
— 
EELV est arrivé en tête du premier tour des élections municipales de Lyon.
EELV est arrivé en tête du premier tour des élections municipales de Lyon. — LODI Franck/SIPA

Une phrase qui en dit long sur l’ambiance régnant pendant la campagne des élections municipales à Lyon (Rhône). Alors que les équipes de France 5 suivaient les différents candidats, engagés à Lyon pour le second tour, le chef cuisinier Christophe Marguin s’est illustré de façon peu commune.

Candidat aux élections métropolitaines dans la circonscription de Lyon Nord sous la bannière des Républicains (alliés désormais à la team LREM de Gérard Collomb), le restaurateur s’en est pris de façon virulente aux électeurs écologistes, qu’il a traités de « connards ».

« C’est eux qui sont graves »

Une phrase prononcée lors d’une discussion avec Yann Cucherat, tête de liste Ex LREM-LR pour la mairie en visite aux Halles de Lyon, et le président de l’association des commerçants des Halles. Les trois, filmés par les caméras, parlaient de leurs adversaires EELV, arrivés largement en tête du premier tour.


« Je les écoutais encore il y a deux jours. C’est abrutissant de conneries, avec les propos qu’ils tiennent… Je ne sais pas s’ils se rendent compte », attaquait le président de l’association des commerçants des Halles. Avant que Christophe Marguin en ajoute une couche et s’en prenne cette fois aux électeurs. « Moi, ce n’est pas eux qui me font de la peine. Ceux qui me font de la peine, c’est les connards qui votent pour eux. Parce que c’est eux qui sont graves (…) ».

Une phrase qui n’a pas manqué de faire rapidement réagir les candidats écologistes, outrés par le mépris affiché envers les électeurs. « Cela confirme que l’écologie pour les listes LR/LREM ne compte pas mais n’excuse pas pour autant l’irrespect de nos électrices et électeurs », a par exemple réagi sur Twitter Bruno Bernard, principale tête de liste pour les élections métropolitaines.



Depuis, le principal intéressé a indiqué « regretter ses propos » dans les colonnes du Progrès sans toutefois s’excuser davantage. « Parfois la colère est telle, que les mots peuvent être forts et dépasser ma pensée », ajoute-t-il avant de conclure : « Je me fais vraiment du souci si les écologistes devaient prendre le pouvoir. »