Municipales 2020 à Toulouse : La course aux procurations pour les deux candidats au coude-à-coude

POLITIQUE Parce que chaque voix compte dans un duel qui s’annonce très serré au second tour, les équipes de Jean-Luc Moudenc (LR soutenu par LREM) et Antoine Maurice (Archipel citoyen) sont mobilisées sur la question des procurations

Béatrice Colin

— 

Plus de 3.000 personnes ont déjà fait une procuration pour le second tour.
Plus de 3.000 personnes ont déjà fait une procuration pour le second tour. — RAPHAEL BLOCH/SIPA
  • A Toulouse, les équipes des deux candidats, Jean-Luc Moudenc (LR soutenu par LREM) et Antoine Maurice (Archipel citoyen) sont mobilisées sur la question des procurations.
  • En fin de semaine, le service élections de la mairie de Toulouse comptabilisait près de 3.400 procurations.
  • Pour limiter l’abstention en cette période de crise sanitaire, la préfecture a ouvert à Toulouse trois nouveaux pour enregistrer et faciliter les procurations.

Depuis plusieurs jours, la question des procurations agite la campagne des municipales. A Marseille, une enquête a même été ouverte pour des documents établis pour des personnes âgées d’un Ehpad alors qu’à Bordeaux l'écologiste Pierre Hurmic a décidé d’assigner en justice le maire sortant, Nicolas Florian, pour avoir sollicité des procurations d’électeurs dans des courriels.

C’est dire l’importance que peut avoir le moindre vote. Encore plus en période de coronavirus et alors que le second tour intervient un 28 juin, à quelques jours des vacances. Pour peu que cette journée de scrutin soit ensoleillée, entre l’abstention et un score ultra-serré comme cela se profile à Toulouse, la moindre voix aura son importance.

Chaque voix peut faire la différence

En 2008, 1.209 voix séparaient le socialiste Pierre Cohen du maire sortant, Jean-Luc Moudenc. Ce dernier avait perdu avec 49,58 % des voix. Alors qu’au premier tour, l’abstention a atteint des niveaux records (63,34 %), les deux candidats encore en lice sont mobilisés pour faciliter le vote du plus grand nombre. Jean-Luc Moudenc a créé un site exprès pour « aider les Toulousains dans leurs démarches ».

« Dans 80 % des cas, les électeurs confient leur procuration à un proche ou à leur entourage. Ceux qui ne peuvent pas et veulent voter pour la liste Aimer Toulouse peuvent nous demander. Ils rentrent leur coordonnée sur le site et nous essayons de trouver parmi nos sympathisants, une personne qui vote dans le même bureau. On lui renvoie un formulaire, à lui d’aller après au commissariat », explique Sacha Briand, colistier de Jean-Luc Moudenc en charge de ces questions. Même si cela concerne des gens qui veulent « absolument voter » selon lui, l’élu sortant reconnaît qu’il « ne faut rien négliger, 5.000 procurations ça peut faire l’écart ».

Chez Archipel citoyen, une personne y travaille à plein temps et un numéro de portable dédié a été mis en place.

« L’enjeu, c’est clairement aujourd’hui celui de la mobilisation. Et c’est bien ça qui fera l’élection. Il faut dire aux abstentionnistes qui ont eu peur au premier tour à cause du Covid d’oser se déplacer ou, si la peur persiste, de ne pas hésiter à donner sa procuration. On a organisé un numéro de téléphone, on met en lien avec les militants pour faciliter le passage à la procuration. On a une centaine de procurations. Ce sont des signaux », indiquait en milieu de semaine dernière Antoine Maurice, la tête de liste d’Archipel Citoyen.

Trois nouveaux sites

En fin de semaine, les services de la mairie comptabilisaient pas moins de 3.400 procurations, soit autant que pour le premier tour. On est loin encore de l’explosion, mais ramené au nombre de votants du premier tour, près de 90.000, cela commence à compter. Et il reste encore une semaine pour augmenter ce chiffre.

Pour inciter le plus grand nombre à glisser son bulletin dans l’urne – de quelque manière que ce soit dans le cadre de la crise sanitaire –, la préfecture vient d’assouplir les modalités de recours aux procurations. Il n’est désormais plus nécessaire de justifier un empêchement pour se rendre aux urnes. Les procurations établies pour le second tour, initialement prévu le 22 mars, restent valables. Tous ceux qui ne peuvent pas se déplacer, qu’ils soient en Ehpad ou handicapé, peuvent désormais demander à un officier de police judiciaire de venir à eux pour signer leur procuration.

En plus des commissariats et gendarmeries, les services de l’Etat ont organisé l’ouverture de nouveaux lieux pour les faire enregistrer. A Toulouse, c’est désormais possible d’en faire à la préfecture, à la Direction des routes ou encore à la Cité administrative