Municipales 2020 à Bordeaux : Le maire Nicolas Florian assigné en justice par son rival Pierre Hurmic pour avoir sollicité des procurations

POLITIQUE Le référé doit être examiné ce lundi à 14 h au tribunal judiciaire à quelques jours du second tour

C.C. avec AFP

— 

Nicolas Florian et Pierre Hurmic.
Nicolas Florian et Pierre Hurmic. — UGO AMEZ/SIPA
  • Pierre Hurmic a décidé d’assigner en justice Nicolas Florian pour avoir sollicité des procurations d’électeurs dans des courriels. Le référé sera examiné ce lundi à 14 h.
  • Le candidat écologiste reproche au maire sortant LR un mélange des genres
  • Nicolas Florian affirme que tout est légal et dénonce « un ultime procès d’intention » à quelques jours du second tour, le 28 juin.

La campagne municipale à Bordeaux a pris une nouvelle tournure ce week-end. Le candidat écologiste, Pierre Hurmic, a assigné au tribunal son rival, le maire sortant Les Républicains Nicolas Florian, à qui il reproche de solliciter des procurations d’électeurs dans des courriels adressés aux habitants ces dernières semaines.

La tête de liste d’Europe-Ecologie-Les-Verts, arrivé deuxième au premier tour mi-mars, demande à la justice d’interdire « sans délai » à Nicolas Florian « toute communication entretenant la confusion entre sa qualité de maire et celle de candidat », indique l’équipe de campagne de l’opposant écologiste. Ce référé (procédure d’urgence) doit être examiné ce lundi à 14h au tribunal judiciaire.

Maire ou candidat ? Un mélange des genres

Pierre Hurmic reproche au candidat LR désormais allié à La République en marche d’avoir indûment sollicité des procurations dans des « mailings » adressés aux Bordelais, affichant notamment, selon lui, un en-tête au graphisme proche de celui du logo de la Ville. « Nicolas Florian s’est, en effet, adressé aux électeurs en sa qualité de Maire soucieux d’assurer les meilleures conditions sanitaires de l’élection, tout en sollicitant, par ailleurs, que contact soit pris avec son équipe en vue d’obtenir des procurations au profit du candidat Florian », dénonce l’équipe de Pierre Hurmic.

« C’est mon devoir de maire d’y veiller (aux mesures sanitaires) », écrit le maire dans l’un de ces courriels contestés, et dans lequel figure un bouton permettant de demander une procuration « pour voter pour Nicolas Florian ». « Parfaitement légal », assure son camp.

Florian affirme que tout est légal

Mais pour les partisans de Hurmic, ce mélange « d’informations institutionnelles et de propagande électorale constitue une manœuvre de nature à altérer la sincérité du scrutin ». « On ne sait pas trop qui parle, le maire ou le candidat, cela induit en erreur la personne qui le reçoit », insiste Nicolas Mannant, le directeur de campagne du candidat écologiste. Ses proches affirment avoir reçu des signalements de Bordelais dénonçant le détournement de leurs données personnelles.

Le camp Florian répond que le fichier de campagne respecte le RGPD (Règlement général sur la protection des données), sans « aucune porosité » avec les fichiers municipaux. Le maire sortant dénonce dans un communiqué « un ultime procès d’intention » à quelques jours du second tour, le 28 juin. « Maître Hurmic cherche à jouer l’élection dans un Tribunal : il confond isoloir et prétoire », accuse-t-elle à l’endroit de l’écologiste, avocat de profession.