Municipales 2020 à Marseille : Un policier marseillais soupçonné d'avoir le coup de tampon trop facile

FRAUDE Un policier du 12e arrondissement de Marseille aurait tamponné beaucoup plus de procurations que la moyenne

Adrien Max

— 

Dans un commissariat, des électeurs en train de faire une procuration de vote.
Dans un commissariat, des électeurs en train de faire une procuration de vote. — C. VILLEMAIN / 20 MINUTES
  • Un policier du 12e arrondissement est dans les radars de sa hiérarchie, il aurait tamponné beaucoup plus de procurations que la moyenne.
  • Un gradé de la division sud, à laquelle le policier appartient, confirme que toutes les règles ont pourtant été largement diffusées, ne laissant « que très peu de place à l’interprétation ».

Le 12e arrondissement de Marseille, épicentre des soupçons de fraude aux procurations. Selon nos informations, un policier du 12e arrondissement serait dans les radars de sa hiérarchie dans le cadre des soupçons de fraude aux procurations dans le camp de Martine Vassal, candidate LR aux municipales à Marseille.

« Les gradés de la division Sud ont procédé à des vérifications parce qu’ils avaient la crainte d’être concernés. Ils se sont aperçus qu’un policier du commissariat du 12e était en quelque sorte un as du tampon. Pendant le confinement il y avait deux trois procurations par semaine, lui en faisait beaucoup plus. Tout le monde galérait pour les procurations, personne ne pouvait trop se déplacer avec les raisons sanitaires, lui avait un taux impressionnant de procurations », confie à 20 Minutes une source policière.

« Peu de place à l’interprétation »

C’est justement dans un Ehpad du 12e arrondissement que des procurations ont été faites pour des personnes âgées, et souvent dépendantes, à leur insu, comme l’a révélé France 2, mercredi. Le bureau de campagne des candidats LR du secteur, Julien Ravier et Valérie Boyer, avait été perquisitionné le week-end dernier.

« Le policier en question est à deux ans de la retraite. C’est une personne assez je m’en foutiste. Je ne pense pas que ce soit un militant politique, mais plutôt quelqu’un qui n’en a rien à faire. C’est embêtant parce que ça jette l’opprobre sur la profession, alors que la moitié des policiers ne votent pas », avance cette même source policière.

Un gradé de la division Sud rappelle que « les règles sont définies dans des textes qui ont été largement diffusés au sein des commissariats, et elles ne laissent que très peu de place à l’interprétation ». Le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour « faux et usage de faux » et « manœuvres frauduleuses tendant à l’exercice irrégulier de votes par procuration » après les révélations de France 2 et Marianne sur des soupçons de fraude aux procurations de la part de deux colistières de Martine Vassal.