Municipales 2020 en Gironde : Le plus vieux maire de France va-t-il subir un « putsch » ?

ELECTIONS A 98 ans, Marcel Berthomé est poussé au second tour par deux de ses anciens conseillers municipaux dans un climat très tendu à Saint-Seurin-sur-l’Isle

Clément Carpentier
— 
Marcel Berthomé, le maire de Saint-Seurin-sur-l'Isle.
Marcel Berthomé, le maire de Saint-Seurin-sur-l'Isle. — GEORGES GOBET / AFP
  • Elu depuis 1971, le plus vieux maire de France (98 ans) vit pour la première fois une campagne de second tour à Saint-Seurin-sur-l’Isle.
  • Marcel Berthomé fait face à deux de ses anciens conseillers municipaux qui dénoncent sa gouvernance.
  • Sa candidature divise la population entre ceux qui pensent qu’il «a fait son temps» et ceux à qui son âge ne pose aucun problème et le voient toujours aussi actif.

En apparence, la petite ville de Saint-Seurin-sur-l’Isle semble calme. Très calme même en cette matinée printanière. Pourtant, cette commune située au nord-est de la Gironde est en ébullition depuis quelques mois. La raison ? Son élection municipale ! M. le maire, Marcel Berthomé, n’est pas n’importe qui. C’est le plus vieil édile de France. Il a soufflé ses 98 ans bougies le 4 avril dernier et surtout, il est toujours en course pour un 9e mandat. Mais pas encore réélu (45,62 % des voix au premier tour). Et c’est là finalement la grosse surprise.

Pour la première fois depuis 1971, il est poussé au second tour et dans une triangulaire. Une sorte d’affront pour ce commandeur de la Légion d’honneur. Pour couronner le tout, ses deux adversaires sont deux ex-conseillers municipaux, Eveline Lavaure-Cardona et Jean-Marc Sallaberry.

Des anciens « alliés » qui ne mâchent pas leurs mots aujourd’hui à l’image des proches de son opposante (41,20 % des voix au premier tour) : « C’est un dictateur, le conseil municipal ne sert absolument à rien, il cherche juste à installer sa fille [Anne Berthomé]. C’est elle qui dirige la ville déjà depuis six ans. Saint-Seurin-sur-l’Isle, c’est devenu Monaco ». De son côté, Jean-Marc Sallaberry arrivé en troisième position le 15 mars (13,17 %), affirme que Marcel Berthomé « ne peut plus diriger la commune et que d’ailleurs on ne le voit plus ! » La mutinerie prend de l’ampleur et la virulence des attaques le prouve.

Un climat délétère pour la population

Au point que cela a même failli tourner au vinaigre lors de la journée du premier tour dans cette petite ville. Jean-Marc Sallaberry a dénoncé des « approximations » dans les bureaux de vote et déposé deux recours, un contre chacun de ses adversaires, pour faire reconnaître la « nullité de leur bulletin ». Bref, le « climat est délétère » comme le soulignent plusieurs observateurs. Au milieu de tout ça, pas évident de s’y retrouver pour les 3.100 habitants. Si peu d’entre eux s’arrêtent sur la gestion de la mairie, beaucoup s’interrogent sur le grand âge de leur maire depuis plusieurs mois. C’est le cas de Séverine :

« Même s’il a encore toute sa tête, je pense qu’il a fait son temps. Ce serait bien qu’il laisse la place aux autres. Vous imaginez, il aura 104 ans à la fin du prochain mandat s’il est encore réélu. Je préfère perdre le titre d’avoir le plus vieux maire de France à la tête de ma commune et avoir à la place de nouveaux visages et une ville plus dynamique car elle l’est de moins en moins. »

La mairie de Saint-Seurin-sur-l'Isle.
La mairie de Saint-Seurin-sur-l'Isle. - Clément Carpentier / 20 Minutes

Sa candidate, Eveline Lavaure-Cardona, a beau avoir 71 ans, elle espère bien la voir gagner au second tour même s’il n’y aura pas de coalition avec le troisième candidat pour former un front commun contre Marcel Berthomé.

Marcel Berthomé en a vu d’autres !

De toute manière, il ne faut pas compter sur ce dernier pour baisser pavillon et rendre les armes. Cet ancien commandant de l’armée de l’Air qui a participé à la Seconde Guerre mondiale puis à celle d’Indochine et d’Algérie en a vu d’autres ! Et il peut compter sur son équipe pour le défendre : « Il est toujours en superforme, il est toujours aussi visible dans la commune contrairement à ce que disent certains. Il est en pleine campagne ». Si un commerçant avoue que l’ambiance actuelle dans la ville « fait pas mal parler », l’âge de l’édile « ne lui pose aucun problème ».

Il n'y a eu que 50 votes d'écart au premier tour entre Marcel Berthomé et son ex-conseillère municipale.
Il n'y a eu que 50 votes d'écart au premier tour entre Marcel Berthomé et son ex-conseillère municipale. - Clément Carpentier / 20 Minutes

Ce boulanger trouve même son maire « toujours aussi actif et dynamique dans la gestion de sa commune ». « Je peux vous dire que notre ville s’est beaucoup plus développée ces dernières années que d’autres aux alentours où pourtant les maires sont parfois bien plus jeunes. Ce n’est donc pas une question d’âge », ajoute-t-il. Il en veut pour preuve les nouvelles infrastructures de la commune.

De son côté, Marcel Berthomé, l’homme qui ne veut toujours pas de téléphone portable et d’ordinateur a tout de même créé un site Internet pour cette élection, comme ses adversaires. Un détail pour beaucoup mais qui prouve bien que le plus vieux maire de France ne compte pas se laisser déborder par ses « jeunes » concurrents d’ici le 28 juin. Il a bien compris que pour la première fois de son histoire la route ne semble pas toute tracée pour lui. Et sa grande expérience est là pour le lui rappeler.