Municipales 2020 dans les Alpes-Maritimes : Ces fusions qui pourraient faire basculer le scrutin

ELECTIONS Zoom sur trois communes du département où des listes se sont associées

Fabien Binacchi
— 
Dans un bureau de vote, le 15 mars 2020 (Illustration)
Dans un bureau de vote, le 15 mars 2020 (Illustration) — G. Varela / 20 Minutes
  • Les candidats pour le deuxième tour des municipales ont dû déposer leur liste avant mardi soir.
  • Dans les Alpes-Maritimes, des alliances pour influer sur le résultat final à Menton, Théoule-Sur-Mer et Saint-Paul-de-Vence.

Pour Cannes,Antibes, Grasse ou encore Villeneuve-Loubet, c’est déjà plié. Les sortants n’ont pas eu de mal à rempiler dès le premier tour. Pour Nice et les 31 autres communes azuréennes qui se cherchent encore un maire, les listes ont été déposées mardi. Quelles alliances pourraient encore influer sur le résultat final des éléctions municipales, celui du second tour programmé le 28 juin ?

Un duel avec un trio à Menton

Les regards se tournent d’abord vers Menton. Dans la cité des citrons, où Jean-Claude Guibal (LR, 45,05 %), en poste depuis trente et un ans, distance de 15 points Olivier Bettati (29,52 %), le suspense est monté d’un cran. L’ancien premier adjoint de Christian Estrosi à Nice, membre du CNIP et soutenu par le RN, a annoncé le ralliement de Patrice Novelli.

Le candidat étiqueté UDI au premier tour, pourtant pas tendre avec Olivier Bettati au début de la campagne, est ainsi prêt à lui faire bénéficier d’un report de ses voix du premier tour (9,61 %). Suffisant pour écarter le maire sortant de 79 ans, également soutenu par la députée LREM Alexandra Valetta-Ardisson ? Suffisant en tout cas pour agacer l’UDI qui a décidé de suspendre Patrice Novelli et de reporter son appui sur Jean-Claude Guibal pour « faire face aux extrêmes ».

Adversaires hier, associés aujourd’hui à Théoule

A l’autre extrémité du département, côté ouest, c’est à Théoule-sur-Mer que le jeu des fusions a réservé une autre surprise pour le second tour. Les adversaires d’hier sont les partenaires d’aujourd’hui. Le sortant Georges Botella (36,35 %), talonné de très près par Emmanuelle Cennamo (36,11 %) le soir du premier tour, a décidé de fusionner sa liste avec celle d’Emmanuel Blanc pour s’assurer peut-être un deuxième mandat (15,88 %). L’avant-dernier maire, Daniel Mansanti, arrivé quatrième, a jeté l’éponge.

Tous contre un à Saint-Paul de Vence

La stratégie de l’union pourrait encore plus peser dans la balance à Saint-Paul-de-Vence. Dans le village posé sur un éperon rocheux, le premier adjoint sortant Jean-Pierre Camilla, arrivé largement en tête au premier tour (38,20 %) voit se dresser contre lui, dans une même liste, ses trois concurrents. Corinne Paolini (24,25 %), Jean-Paul (21,1 %) et Christophe Issagarre (16,41 %) partent main dans la main pour le second tour.