Municipales 2020 à Nice : La gauche manque encore une liste d'union pour le second tour

ELECTION Une réunion qui aurait pu permettre une fusion a fini par capoter

Fabien Binacchi

— 

Le deuxième tour est programmé le 28 juin
Le deuxième tour est programmé le 28 juin — RAPHAEL BLOCH/SIPA

Alliances, fusions ? A Nice, il n’y aura rien eu de tout ça. Les trois qualifiés du premier tour ont déposé leurs listes à l’identique en vue du second, programmé le 28 juin. Soutenu par LR, Christian Estrosi, en position très favorable (47,62 %) pour garder son fauteuil à la tête de la cinquième ville de France, sera opposé au candidat du RN Philippe Vardon (16,69 %) et à celui de la liste écologiste Jean-Marc Governatori (11,30 %).

C’est avec ce dernier que la gauche a un temps espéré le retour d’une liste d’union, impossible à mettre en place au premier tour. Mais la tentative de rapprochement avec Mireille Damiano (8,90%, ViVa !) et le socialiste Patrick Allemand (6,57%, Nice au cœur) a une nouvelle fois fini par capoter.

Le PS appelle à voter blanc

Une réunion s’est tenue jeudi et chaque tête de liste semblait d’accord pour une fusion qui aurait pu mécaniquement faire passer cette gauche élargie devant le RN. Mais les représentants d’EELV ont fini par s’y opposer, regrette le PS 06, qui appelle ses électeurs « à voter blanc ».

La liste ViVa ! de son côté ne donne pas de consigne mais indique qu’« aucune des listes présentes au second tour ne peut se prévaloir » de la ligne qu’elle a défendu.

Pareil à droite, pour le candidat du CNIP Benoît Kandel, arrivé 4e au premier tour (7,30 %). Il ne donne aucune consigne de vote et a décidé de prendre de la distance avec la politique. « J’estime que j’ai assez donné et qu’il est temps que je m’occupe un peu de moi », avance l’ancien premier adjoint de Christian Estrosi.