Municipales 2020 à Rennes : Nathalie Appéré, ultra-favorite pour être réélue après son alliance avec les Verts

POLITIQUE La maire sortante PS Nathalie Appéré et le candidat écologiste Matthieu Theurier ont fusionné leurs listes en vue du second tour des municipales à Rennes. Ils étaient arrivés en première et deuxième positions au premier tour

20 Minutes avec AFP

— 

La maire de Rennes Nathalie Appéré et le candidat écologiste Matthieu Theurier, ici dans le parc Oberthür le 30 mai 2020.
La maire de Rennes Nathalie Appéré et le candidat écologiste Matthieu Theurier, ici dans le parc Oberthür le 30 mai 2020. — C. Allain / 20 Minutes

A eux deux, ils représentaient près de 60% des suffrages exprimés lors du premier tour des municipales à Rennes. Ce samedi, la maire sortante  Nathalie Appéré (PS) a annoncé la fusion de sa liste avec celle de l’écologiste Matthieu Theurier, qu’elle avait devancé le 15 mars. « Nous sommes heureux d’être les premiers à annoncer que la gauche est belle quand elle est unie », a lancé Nathalie Appéré, au cours d’une conférence de presse dans un parc rennais.

Cette fusion de listes fait de Nathalie Appéré la favorite du second tour des municipales, le 28 juin. A ses 32,81 % des voix, s’ajoutent les 25,59 % du candidat EELV. « On avait dit qu’on irait rechercher une union de la gauche et des écologistes au second tour quelle que soit la configuration », a rappelé Matthieu Theurier, qui avait déjà fait alliance avec Nathalie Appéré en 2014.

« Nos discussions ont été rapides et se sont bien passées. On a le sentiment de rentrer dans une nouvelle ère de l’histoire politique de la ville », a ajouté l’élu écologiste. Les deux candidats ont listé une série d’accords programmatiques : investissement « massif » dans les transports, expérimentation du revenu minimum garanti, rénovation thermique des logements, 50 % de bio dans la restauration collective, etc.

Les candidats LREM et divers droite en ordre dispersé

Des points de désaccord ont aussi été actés sur la politique d’urbanisme, les écologistes ayant critiqué « le rythme effréné » de construction de nouveaux immeubles ou de grandes tours. « On a trouvé les moyens de dépasser ça », a expliqué Nathalie Appéré. « Ce qui nous a animés, c’est d’être à la hauteur du moment. »

Parmi les autres listes pouvant se maintenir au 2e tour, la candidate de la majorité présidentielle Carole Gandon (14,19 % des voix) et le candidat (divers droite) Charles Compagnon (11,93 %) devraient quant à eux partir en ordre dispersé.