Municipales 2020 Ille-et-Vilaine : Après 43 ans de règne, Pierre Méhaignerie passe la main à Vitré

ELECTIONS Son ancienne assistante parlementaire Isabelle Le Callennec a pris sa succession

J.G. avec AFP

— 

Après 43 ans de mandat, Pierre Méhaignerie a céd sa place à la mairie de Vitré.
Après 43 ans de mandat, Pierre Méhaignerie a céd sa place à la mairie de Vitré. — Mathieu Pattier/SIPA

Changement d’ère à Vitré (Ille-et-Vilaine). Dirigée par Pierre Méhaignerie depuis 1977, la ville bretonne a un nouveau maire en la personne d’Isabelle Le Callennec (LR). Lors d’un conseil municipal lundi soir, l’ancien ministre centriste, âgé de 81 ans, a procédé à l’appel des nouveaux conseillers municipaux avant de céder la présidence au doyen d’âge de l’assemblée. Seule en lice, Isabelle Le Callennec a été élue maire par 27 voix sur 33 conseillers municipaux, l’opposition ayant voté blanc.

« Je veux dire à Pierre Méhaignerie notre respect et notre estime », a-t-elle lancé dans son premier discours de maire, saluant « 43 ans d’un investissement absolu ». « Avec mes futurs adjoints, on a commencé à travailler pour qu’il n’y ait pas de trou d’air entre l’ancienne et la nouvelle équipe », a déclaré la nouvelle élue, qui a dit vouloir « concilier développement économique, cohésion sociale et protection de l’environnement ».

Plusieurs fois ministre sous Barre, Chirac et Balladur

« On va garder le cap et intégrer les conséquences et l’impact de la crise qu’on traverse », a ajouté la présidente de la fédération départementale des Républicains. Isabelle Le Callennec, qui a assuré mener une « liste apolitique », a récolté 55,62 % des voix au premier tour des élections municipales le 15 mars.

En 2014, Pierre Méhaignerie avait été réélu maire dès le 1er tour avec 76,23 % des suffrages. Plusieurs fois ministre dans les gouvernements de Raymond Barre, Jacques Chirac et Edouard Balladur, Pierre Méhaignerie a siégé de 1973 à 2012 à l’Assemblée nationale, où il avait succédé à son père Alexis Méhaignerie, un des principaux dirigeants du MRP. Il avait rejoint l’UDI de Jean-Louis Borloo en 2012 avant de soutenir Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017.