Municipales 2020 à Nice : La campagne repart pour un mois sans contact mais pas à fleurets mouchetés

ELECTIONS Le candidat du Rassemblement national a relancé les hostilités dès ce week-end

Fabien Binacchi

— 

Le maire sortant Christian Estrosi pourrait être conforté avec la crise du Covid-19
Le maire sortant Christian Estrosi pourrait être conforté avec la crise du Covid-19 — F. Dides / Sipa
  • Le second tour des élections municipales est programmé le 28 juin.
  • Estrosi était largement en tête au premier tour, suivi par le candidat du RN et une liste écolo.
  • Les hostilités ont redémarré dès ce week-end.

La date est fixée : sauf nouvelle vague épidémique, le second tour des élections municipales à Nice, comme dans toutes les villes où le premier tour n’a pas suffi, aura lieu le 28 juin. Un peu plus d’un mois d’une nouvelle campagne s’est donc ouvert avec cette annonce, vendredi.

Elle devrait se jouer pour beaucoup par déclarations interposées et en ligne, du fait des consignes sanitaires. Et c’est le candidat RN qui a été le premier à dégainer dès samedi. « Les Niçois doivent sanctionner Estrosi », a attaqué Philippe Vardon, arrivé deuxième (16,69 %), loin derrière le maire sortant (47,62 %).

Estrosi conforté avec la crise du Covid-19 ?

Et le représentant du parti de Marine Le Pen de pointer, entre autres, « de trop nombreuses agressions de policiers, pompiers et secours » et « la chasse aux automobilistes accentuée avec l’aménagement de pistes cyclables en dépit de tout bon sens » pendant la période du confinement.

Pas de quoi, a priori, venir contrecarrer les plans de Christian Estrosi (LR), en ballottage très favorable après le premier tour. Le sortant pourrait encore gagner des points avec sa gestion tous azimuts de la crise sanitaire. Il se réjouit d’ailleurs de ne pas avoir à attendre davantage pour un second tour.

« Ce qui était en jeu, notamment pour les grandes villes et métropoles, ce sont les investissements nécessaires à la relance économique qui permettront de sauver et créer des emplois », a-t-il réagi, à l’annonce de la date du 28 juin.

Campagne en vidéo

La troisième de cette triangulaire, le candidat écolo Jean-Marc Governatori (11,30 %) se voit toujours en duel avec Christian Estrosi. « J’ai toujours dit que nous finirions dans les deux premiers. Le 28 juin, tous les compteurs seront remis à zéro et il est encore temps de choisir une autre voie que celle des partis traditionnels. La crise du Covid-19 elle-même doit nous interpeller », dit-il à 20 Minutes.

Avec les consignes de distanciation, sa liste Nice écologique « va mettre le paquet sur les réseaux sociaux et la vidéo », avec un live par semaine « pour garder le contact avec les électeurs ».