Elections municipales à Amiens : « C’est surtout la santé et la sécurité des gens qui m’importent », assure la maire, Brigitte Fouré

POLITIQUE Pour la maire sortante d’Amiens, Brigitte Fouré, le second tour des élections municipales n'est pas prioritaire

Propos recueillis par Gilles Durand

— 

Brigitte Fouré, maire (UDI) d'Amiens.
Brigitte Fouré, maire (UDI) d'Amiens. — François Xavier Bondois
  • Après le retrait de la liste de gauche pour le second tour des élections municipales à Amiens, la maire sortante (UDI) Brigitte Fouré se retrouve grande favorite.
  • Selon elle, le second tour des municipales importe moins que la santé des gens.
  • La mairie d’Amiens a commencé à organiser l’accueil des enfants de soignants dans les écoles municipales.

Les élections au second plan. Après le retrait de la liste de gauche pour le second tour des élections municipales à Amiens, dans la Somme, la maire sortante (UDI) Brigitte Fouré se retrouve grande favorite face à son ancien adjoint Renaud Deschamps. Mais l’élue assure que ces élections ne sont pas une priorité, actuellement.

Que pensez-vous du désistement de la liste de gauche pour le second tour ?

Je n’ai pas de commentaire particulier à faire. Les deux têtes de listes, Julien Pradat et Evelyne Becker, sont dans la droite ligne de François Ruffin [député de la Somme] qui avait monté cette liste. Hier soir, il demandait à ses candidats de se retirer pour forcer le président Emmanuel Macron à annuler le second tour des municipales.

Vous-même, demandez-vous le report ?

J’attends sereinement la décision de ce lundi soir. Je suis convaincu que l’élection va être suspendue et qu’une mesure de confinement pour cause de coronavirus sera prise pour les semaines à venir. Les mesures prises, samedi, par le Premier ministre n’ont pas eu le résultat escompté dans l’opinion publique. Les deux tiers des électeurs se sont abstenus à Amiens, dimanche. Il risque d’y en avoir encore plus au second tour. En tant que maire, c’est surtout la santé et la sécurité des gens qui m’importent. Davantage que le second tour des municipales.

Comment avez-vous géré cette première journée de fermeture d’école ?

L’enjeu majeur était l’accueil des enfants du personnel soignant qui n’avait pas de moyen de garde. Nous avons ouvert nos 70 écoles et accueilli 30 enfants. Il y en aura peut-être davantage les jours suivants. Nous allons organiser des petites classes par niveau. Tout ça va se mettre en place progressivement.

Comment vous gérez la situation de crise au niveau municipal ?

On sait que le maire est le recours pour tout. Mais ce qu’on va vivre est inédit. Demain, un CHSCT extraordinaire est organisé à la mairie en visioconférence. Nous allons présenter la réorganisation des services. Ceux qui sont indispensables et ceux qui le sont moins en période de crise. Nous savons gérer les imprévus comme les tempêtes ou les inondations, mais ça ne dure pas. Cette fois, la durée change la donne.