Elections municipales à Marseille : Rubirola devant Vassal, Ravier décroche

SCRUTIN Le premier tour des élections municipales a réservé son lot de surprises, la candidate LR Martine Vassal étant devancée par celle de la gauche Michèle Rubirola (Printemps marseillais). Stéphane Ravier (RN) n’arrive qu’en troisième position

Adrien Max
— 
La mairie de Marseille
La mairie de Marseille — Gérard Julien / AFP
  • Le taux d’abstention, comme dans de nombreuses autres villes en France, est massif à Marseille avec 67,24 %.
  • Pourtant donnée grande favorite, Martine Vassal est finalement en deuxième position derrière Michèle Rubirola, candidate du Printemps marseillais, le rassemblement de gauche.
  • Lui aussi donné favori, Stéphane Ravier (RN) décroche et glisse finalement à la troisième place.
  • Plusieurs candidats ont dénoncé des tentatives de fraudes massives.

Non pas une surprise, mais des surprises. La participation, comme partout en France, ne l’est pas vraiment avec 32,76 % à Marseille, crise du Covid-19 oblige, mais les résultats du premier tour des municipales le sont. A commencer par la percée du Printemps marseillais, qui se paie même le luxe d’arriver en première place avec 23,4 % des suffrages, devant la favorite Martine Vassal des Républicains (22,3 %). Autre surprise, Stéphane Ravier du Rassemblement national arrive seulement troisième (19,4 %).

Michèle Rubirola devance Martine Vassal

C’est LA grosse surprise de ce premier tour, Michèle Rubirola du Printemps marseillais devance la favorite Martine Vassal des Républicains, avec 23,4 % des voix. La coalition de gauche réalise une percée historique dans une ville dirigée par la droite depuis 1995. « Ces résultats sont la clameur d’espoir que l’on entend depuis des semaines dans la rue, le printemps après un trop long hiver, l’espoir de se projeter dans une ville plus juste, plus verte et plus démocratique », s’est félicitée Michèle Rubirola, appelant Emmanuel Macron a tout faire « pour que les Marseillais puissent voter en sérénité, pour que ce changement devienne une réalité ».



Ravier loin de ses espérances

Le goût de défaite est amer chez Stéphane Ravier, élu maire des 13e et 14e arrondissements en 2014. Beaucoup, lui le premier, le prédisaient en tête du premier tour au coude-à-coude avec Martine Vassal. Il dégringole finalement à la troisième place et pourrait se retrouver juge de paix du second tour. « J’ai la conviction qu’en ce qui nous concerne, ces annonces du président de la République et du Premier ministre [samedi] ont contribué à ce que notre électorat soit le plus discipliné finalement et qu’il prenne toutes les précautions, y compris de ne pas aller voter », a déclaré Stéphane Ravier, qui avait pourtant largement appelé à aller voter sur ses réseaux sociaux tout le week-end.



La crainte d’une fraude massive

De nombreux candidats se sont inquiétés d’incidents survenus tout au long de la journée de vote, dimanche. Des intimidations ont été dénoncées par le Printemps marseillais, mais aussi par Bruno Gilles, ainsi que des procurations frauduleuses et du racolage devant les bureaux de votes. Tous les candidats, à l’exception de Martine Vassal et de Stéphane Ravier, se sont inquiétés de la présence d’une feuille volante apposée sur le procès-verbal des résultats qui devaient être emmenés au bureau centralisateur. Plus tôt dans l’après-midi, ce sont plusieurs hommes qui se sont introduits dans un bureau de vote de la cité de Felix-Pyat munis de Kalachnikov. « Des hommes se sont introduits dans un bureau de vote avec des armes de type airsoft. Ils ont tiré mais il n’y a pas de blessé, avant d’essayer de voler l’urne », confirme à 20 Minutes Dominique Laurens, procureur de la République de Marseille.