Municipales 2020 à Allauch : Roland Povinelli, le « Bouteflika » du « Levallois marseillais » va-t-il être déchu ?

ELECTIONS Baron local indétrôné mais affaibli par d'importants problèmes de santé et des déboires judiciaires, le sulfureux maire d'Allauch, Roland Povinelli, 78 ans, tente de se faire élire pour la huitième fois 

Mathilde Ceilles

— 

La mairie d'Allauch en mars 2020
La mairie d'Allauch en mars 2020 — Mathilde Ceilles / 20 Minutes
  • Le sulfureux maire d’Allauch, aux portes des quartiers Nord de Marseille, Rolland Povinelli brigue un huitième mandat.
  • Le baron local se retrouve affaibli par des problèmes de santé et des déboires judiciaires.
  • Le Rassemblement national entend profiter de la situation, au point que Marine Le Pen fasse le déplacement ce vendredi.

« Moi qui ai grandi dans cette commune, je n’ai connu que lui comme maire dans ma vie », souffle Lionel de Cala, 35 ans, candidat DVD à la mairie d’Allauch. « Lui », c’est Roland Povinelli. Depuis 1975, l’ancien socialiste tient les rênes de cette petite commune de 21.000 habitants aux portes de Marseille, malgré les polémiques et le poids des ans. A 78 ans, le sulfureux maire de la commune se représente pour un huitième mandat. Le septuagénaire, baron local qu’aucun n’a réussi pour l’heure à faire vaciller de son trône, entend visiblement bien conserver son assise sur cette commune. « Je ne sais rien faire d’autre que ça », justifie-t-il en décembre dernier auprès de La Provence, dans l’interview qui faisait office de déclaration de candidature.

Une longévité qu’il tient entre autres, selon certains de ses opposants, à des pratiques clientélistes. « On compte 500 employés municipaux à Allauch, lance la conseillère municipale d’opposition et candidate EELV Lucie Desblancs. Et ils ont réussi à faire croire qu’il y avait des caméras dans l’isoloir… » L’experte-comptable raconte d’ailleurs qu’à l’âge de 25 ans, alors que sa sœur était employée municipale, elle a accepté de prendre sa carte au parti socialiste comme on rend un service, avant de la rendre quelques années après pour retrouver son « indépendance ». « Roland Povinelli a fait d’Allauch le Levallois de Marseille », lance son colistier Jean-Pierre Simoni.

Un climat délétère

Le maire d’Allauch partage en effet avec son collègue de région parisienne des déboires judiciaires en tout genre. « S’il se présente, c’est aussi pour se donner une certaine immunité, avoir un certain pouvoir, accuse Gérard Cazorla, figure du combat des Ex-Fralib et candidat de la liste de gauche « Allauch, solidaire, écologique et citoyenne ». Il se présente pour se protéger lui-même ». L’édile a notamment fait l’objet d’une mise en examen en juin 2015 pour abus de confiance, faux, utilisation privative de domaine public et détournement de fonds à la suite d’une enquête sur l’octroi de permis de construire suspects, d’emplois de complaisance et d’avantages indus à son entourage et à des proches.

Dernièrement, le maire s’est fait également connaître pour ses méthodes. Roland Povinelli fait l’objet d’une plainte de la part d’un journaliste de La Marseillaise, victime de menaces de mort de la part de l’édile. Une violence qui semble le mot d’ordre pour cette campagne électorale à Allauch. Deux candidats ont retrouvé à leur domicile ou celui de leurs proches des pistolets en plastique, accompagnés de menaces de mort écrites. D’autres candidats se disent victimes de menaces de mort proférées par téléphone.

Un maire fantôme

A droite comme à gauche, nombreux sont les candidats qui décrivent un climat de campagne délétère, avec plus ou moins de détachement, comme si cela était devenu habituel. En 2014, la candidate Lucie Desblancs, qui se présente désormais avec l’étiquette EELV, avait déjà reçu des menaces de mort : l’experte-comptable avait eu la désagréable surprise de trouver dans une enveloppe une cartouche de 22 long rifle. En 2017, la mairie a également lancé la préemption du domicile de cette opposante politique, qui a récemment porté plainte pour harcèlement moral.

Ce qui est moins habituel, c’est que pour cette énième campagne, le maire sortant Roland Povinelli est un candidat fantôme, après avoir été un maire peu présent lors de sa dernière mandature. « On ne l’a pas beaucoup vu ces trois dernières années, constate Monique Robineau, candidate DVD et conseillère municipale. Seulement une à deux fois par an, alors qu’on fait quatre à cinq conseils municipaux par an. » Contacté, Roland Povinelli a d’ailleurs été le seul candidat à ne pas donner suite à nos sollicitations.

« Le mandat de trop »

Plusieurs candidats lient cette absence aux problèmes de santé du maire, qu’il a lui-même reconnu. « J’ai vécu un été difficile, je n’étais pas loin de rejoindre le bon Dieu, j’ai été à deux doigts de la démission, confie le maire dans les colonnes de La Provence en décembre. Mais je vais mieux. » « Il a fait le mandat de trop, accuse Laurent Jacobelli, candidat Rassemblement national. Le maire ne dirige plus la ville. Il a donné les clés à un clan dont je doute qu’il œuvre pour l’intérêt général. » « C’est notre Bouteflika », tacle Jean-Pierre Simoni.

De quoi le faire définitivement vaciller ? « Il y a un vrai besoin de changement à Allauch, veut croire Gérard Cazorla. Ce dernier mandat a été violent pour le maire. Beaucoup d’affaires sont sorties. » « Par rapport à ma dernière campagne en 2014, le climat est différent, avec une vraie envie de changement », abonde Lionel de Cala. En témoignent les propositions pléthoriques, de la gauche jusqu’au Rassemblement national, pour redonner à la vie politique d’Allauch un peu de transparence.

Le Rassemblement national en embuscade

Roland Povinelli est par ailleurs accusé d’avoir bétonné la ville, qui a accueilli plus de 2.200 habitants en six ans dans cette commune aux portes des quartiers Nord de Marseille. Une petite révolution pour ce qui est historiquement un village provençal avec tous les clichés pagnolesques que cela suppose, bien loin des cités marseillaises voisines et de leurs problématiques d’insécurité. « Je ne veux pas qu’Allauch devienne le 17e arrondissement de Marseille », lance ainsi Monique Robineau.

De quoi ouvrir une brèche pour le Rassemblement national ? Le parti de Marine Le Pen a ciblé Allauch comme une des villes prenables par le parti. Le mouvement y a investi son porte-parole national, récemment installé dans la commune, alors que la droite locale se déchire, les anciens compagnons de route Monique Robineau et Lionel de Cala se présentant l’un contre l’autre. Ce vendredi, avant un meeting à Marseille, Marine Le Pen a même décidé de venir à Allauch soutenir Laurent Jacobelli, que plusieurs adversaires politiques rebaptisent « le Parisien », insulte locale suprême qu’il n’apprécie guère.

« Je veux protéger Allauch des quartiers Nord et de ce qui se passe à Marseille », lance celui qui est également président de la fédération des Bouches-du-Rhône du RN. Et de s’indigner : « On a vu une femme voilée dans le village. Ce n’est pas acceptable. Ce n’est pas ça la Provence. » Aux dernières élections européennes, le Rassemblement national est arrivé en tête à Allauch, avec près de 35 % des voix.